Mboso sur un possible dialogue avec le M-23 : « Déposez les armes et quittez les territoires illégalement occupés »

 

Au sortir de la séance de travail avec Uhuru Kenyatta, ancien président du Kenya et facilitateur désigné par la communauté d’Afrique de l’Est (EAC) de la crise en République démocratique du Congo (RDC), le président de l’Assemblée nationale s’est exprimé sur un probable dialogue avec les rebelles du Mouvement du 23 mars (M-23).

Pour Christophe Mboso, si les rebelles veulent être invités à la table des négociations, ils doivent déposer les armes et se retirer des localités sous leur contrôle. Le speaker de la chambre basse du Parlement congolais a également rappeler que le M-23 est une organisation terroriste avec lequel Kinshasa n’est pas disposé à négocier.

« (…) Le M23 est un groupe terroriste et on ne négocie pas avec les terroristes. S’il faut négocier, il faudra d’abord poser les conditions : déposez les armes et quittez les territoires occupés illégalement (…) », a martelé Christophe Mboso devant la presse.

Lire aussi  Rutshuru : un mort dans une attaque rebelle contre une position des gardes du parc des Virunga à Nyamilima

Prévues pour le 21 novembre prochain, les négociations entre Kinshasa et plusieurs groupes armés actifs dans l’Est de la RDC se dérouleront, pour la 3e fois, à Nairobi au Kenya. Le M-23, soutenu par le Rwanda, avait été exclu de ces négociations par Kinshasa à cause de son activisme armé.

Andy Kambale Matuku

 

Lire aussi

Les plus populaires