Goma – Manifestation anti MONUSCO et EAC : Le Gouverneur déplore plusieurs dérapages et débordements observés

 

Consécutivement à la situation qui prévaut actuellement dans
la ville de Goma au Nord-Kivu en rapport avec l’appel à la ville morte organisée par la Société civile lundi 06 févier 2023 contre la Force régionale des Etats d’Afrique de l’Est, EAC, ainsi que la MONUSCO, le rapport des services spécialisés en la possession du Gouverneur militaire du Nord-Kivu, le Lieutenant Général Constant Ndima Kongba, fait état de plusieurs dérapages et débordements sur le terrain, dont des actes de pillage et de barricade des avenues.

Dans un communiqué de l’autorité provinciale rendu public lundi soir, elle précise qu’il s’agit de l’œuvre des gens mal intentionnés qui infiltrent la paisible
population pour s’attaquer aux propriétés privées, aux biens publics et aux partenaires du Gouvernement Congolais.

« Vous conviendrez avec moi que la province du Nord-Kivu traverse actuellement des moments difficiles du fait de l’agression injuste nous imposée par le M23/RDF et que, se livrer à des actes de pillage et de débordement ne fera que sombrer davantage notre province dans une situation d’asphyxie économique ; ce qui va beaucoup plus profiter à l’ennemi qu’à notre population », dit le lieutenant général Constant Ndima Kongba.

Lire aussi  Fête du Nouvel an : À Beni, l'armée informée sur « une planification d'une série d'attentats » contre la population

Et de poursuivre : « Vu la situation sécuritaire de l’heure, les barricades des routes risquent
d’empêcher nos services de défense et de sécurité de bien sécuriser notre ville de Goma. Au regard de ce qui précède, et partageant les mêmes soucis que ma population, je lance un appel patriotique au calme et à la retenue ».

Le Gouverneur militaire insiste sur le fait qu’il est important de laisser libre circulation aux agences humanitaires et les ONG qui s’emploient à apporter l’assistance aux compatriotes déplacés dans des camps.

Dans ce communiqué, Constant Ndima rassure à la population que les revendications ont été bel et bien entendues.

Une série de journées ville morte est décrétée toute cette semaine par les mouvements citoyens et groupes de pression pour dénoncer l’agression rwandaise sous le label du M23 et le silence « complice » de la force régionale de l’EAC et la MONUSCO ».

David Lupemba, à Goma

 

Lire aussi

Les plus populaires