Réponse de Muyaya aux propos « mensongers » de Kagame : « Il vaut mieux pour lui d’arrêter tous ses faux fuyants et cesser de soutenir le M-23 »

Paul Kagame a reçu une réponse à la hauteur de sa sortie médiatique lors d’un dîner annuel avec le corps diplomatique à Kigali (Rwanda) où il a passé son temps à tirer sur la RDC et le Président Tshisekedi. C’est le Ministre de la Communication et Médias congolais, Patrick Muyaya, qui a, lors d’un briefing de presse le jeudi 9 février 2023, recadré tous les propos « mensongers » du parrain des rebelles du M-23.

Le porte-parole du Gouvernement n’a pas hésité un seul instant de confirmer qu’il y a génocide en cours en RDC avec, à la manette, Paul Kagame qui pourtant, a tenté de le nier.

« C’est un classique pour lui, avec une rhétorique mensongère de dire “est-ce qu’il y a un génocide en cours en République Démocratique du Congo ?”. S’il y en a eu un ces derniers mois, on peut parler [du massacre] de Kishishe (ayant fait 272 morts selon le Gouvernement congolais, ndlr). Il y a encore un rapport de Human Rights Watch ou du Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme (BCNUDH) qui l’atteste de manière claire », a stipulé, sans vergogne, la bouche autorisée de l’Exécutif national de la RDC.

Lire aussi  RDC : "La proclamation de l'état de siège a conduit à la résurgence des rébellions et de tueries" (Martin Fayulu)

Pour lui, « tous les propos qu’il (Paul Kagame, ndlr) tient, c’est pour essayer de justifier son agenda caché qui vise à maintenir l’Est de la RDC dans l’instabilité pour lui permettre de continuer le pillage ».

Rappelant que les voies de sortie de crise sont connues, le Ministre Muyaya invite le Président rwandais d’éviter de « faux fuyants ».

« Il faut, au Président Kagame, de comprendre que le temps de la violence est révolue, maintenant le temps de la paix est arrivé. Donc il vaut mieux pour lui d’arrêter tous ses faux fuyants et qu’il souscrive à sa responsabilité qui est celle de cesser de soutenir le M-23. Tous les grands pays de la communauté internationale le lui ont signifié », affirme-t-il ensuite.

Et d’ajouter : « Pour le reste, ce sont des agitations qui, malheureusement, lui permettent de penser pouvoir se dérober de ses responsabilités des massacres qui sont en cours en République Démocratique du Congo ».

Lire aussi  Beni : Un militaire FARDC "incontrôlé" se donne la mort par balle après avoir tiré sur 2 civils (armée)

Pour l’heure, les rebelles du M-23 soutenus par le Rwanda ne montrent aucune volonté de fléchir devant les conclusions de tous les sommets qui ont notamment exigé un cessez-le-feu immédiat, mais aussi le retrait des zones occupées. Sur les lignes de front, les combats ne faiblissent pas.

L’illustration la plus récente, c’est les affrontements qui ont éclaté le jeudi dernier à quelques kilomètres de la cité de Saké, dans le territoire de Masisi (Nord-Kivu), entre les FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo) et le M-23/RDF, causant ainsi un déplacement massif de la population, bien que la situation est redevenue calme ce vendredi.

Patrick Nguwo

Lire aussi

Les plus populaires