Tarifs des transports en commun : Réveil tardif de Ngobila!

 

Les kinois dans leur majorité ont reçu l’information. L’hôtel de ville de Kinshasa a rendu publique la nouvelle tarification des transports en commun sur toute l’étendue de la capitale. Ce, après plusieurs mois de silence.

Un silence commenté dans tous les sens car ayant engendré une liberté de faire dans le chef des chauffeurs et autres propriétaires des véhicules commis aux transports à Kinshasa. Dans une ville où la problématique de transports en commun se pose avec acuité, chaque conducteur se donne la liberté de fixer son prix de la course. Ainsi, à l’absence d’une tarification officielle, tout est allé crescendo. À Kinshasa, il faut une bourse garnie pour se déplacer en taxis comme en auto-bus.

La course de 500 FC a disparu. Le moindre prix commence à partir de 1000 FC pour un trajet de moins d’un kilomètre. Le silence de l’autorité urbaine inquiétait les administrés. Une sourde oreille aux cris d’alarme difficile à comprendre. Finalement face à la pression, le gouverneur de ville, Ngobila Mbaka s’est réveillé de son profond sommeil. Un réveil rardif qui ne s’explique pas.

Lire aussi  Démolition de la morgue FOGECO : "L’exemple doit commencer par nous qui dirigeons" (Gecoco Mulumba)

Reste à savoir la suite que les chauffeurs réservent à la mesure de l’autorité urbaine lorsque l’on connaît la coutume chez les concernés. Ici, il faut stigmatiser aussi l’attrait au gain facile des chauffeurs kinois, cause, des peines qu’éprouve la population à se déplacer lorsque l’on ne dispose pas d’une bourse garnie pour faire face au phénomène « demi terrain ». Le gouverneur doit assurer le suivi de sa mesure pour une réussite totale.

Zamenga Odimbale

 

Lire aussi

Les plus populaires