Constructions anarchiques à Kinshasa : Avant la démolition égale après la démolition!

« Avant l’indépendance égale après l’indépendance », cette pensée d’un officier belge émise après l’accession de la RDC à la souveraineté nationale et internationale et développée par Jonas Bigsharer, un essayiste de renom dans son étude dénonçant « les crimes politiques et économiques commis au Congo-Kinshasa par les colonisateurs après 1960 », trouve aussi son sens dans le contexte de démolition des constructions anarchiques dans la ville de Kinshasa.

Malgré les larmes de plusieurs kinois qui ont été visités par le Bulldozer de Ngobila, sur terrain le constat est amer. Les vendeurs chassés des emprises publiques ont repris leurs commerces aux mêmes endroits.

Les vendeurs de la place Kapela à Yolo et ceux de Nyangwe à Lingwala, même d’autres qui ont érigé des marchés pirates le long des grandes artères de la capitale ont été pris, après destruction des constructions anarchiques y érigées, la main dans le sac.

Lire aussi  Covid-19/Célébration des mariages clandestins à Butembo : la crainte de l'évêque Sikuli Melchisédech

C’était lors de l’itinérance du ministre provincial de Kinshasa en charge de l’intérieur qui a fait la ronde de la capitale pour faire le suivi des opérations de démolition menées par l’autorité urbaine.

Celui-ci leur a demandé « de quitter définitivement le lieu et les a exhortés à respecter les mesures prises par l’autorité publique pour le bien-être kinois ».

Malgré cette interpellation, la réalité est toute autre. Ces commerçants qui ont fait semblant de quitter ces lieux transformés en endroits de négoce ont repris leurs activités après le départ du lieutenant de Ngobila.

« La meilleure façon de quitter définitivement ce lieu c’est lorsque l’autorité va créer des emplois pour nous occuper. Sans cela, nos familles vont mourir de faim (…) », murmurent quelques-uns.

Pourtant, pour l’autorité urbaine les constructions anarchiques participent aux inondations dans la ville de Kinshasa.
Pendant ce temps, nombreux s’interrogent sur le rôle de la police de Kinshasa censée faire exécuter les mesures prises par l’autorité de la ville. En attendant, vive l’anarchie !

Lire aussi  Des voix se lèvent pour exiger des enquêtes sur le détournement de l'aide humanitaire des déplacés à Kisigari

Josué Mfutila

Lire aussi

Les plus populaires