Silence, les dirigeants de l’INPP pillent l’État ! (Tribune)

 

Les nouvelles en provenance de l’Institut National de Préparation Professionnelle, INPP ne sont pas de nature à plaire. Et pour cause, des sources rapportent que les caisses de l’État sont malmenées par les mandataires nommés récemment qui, s’attribuent des rémunérations pharaoniques sans tenir compte du préjudice causé au plus grand nombre.

Rien que pour eux, l’INPP, décaisse chaque mois plus de 100.000 mille USD. L’on se pose des questions sur cette façon de gérer au moment où la mission leur confiée est de relever la pente. La tristesse gagne le commun de mortel congolais pris au dépourvu par cette caste de pilleurs. Par ces échos nocifs, faut – il conclure que les nominations opérées dans les entreprises et établissements publics sont loin de produire les résultats attendus?

L’on n’est pas loin de la réponse positive à cette question. Le groupe d’individus se sert au détriment du plus grand nombre à l’INPP, avec la bénédiction de la Ministre du Travail, Emploi et Prévoyance Sociale qui a signé l’arrêté. Dans cette allure on comprend pourquoi il est difficile de parler investissement au sein de ce lieu à vocation de former les congolais pour les rendre utiles à leur pays. Les esprits avertis comprennent aussi le pourquoi du coup élevé de la formation à l’INPP, ses dirigeants tuent l’avenir du pays.


Il faut mentionner aussi que l’INPP n’est pas le seul cas. Récemment, Marcellin Bilomba, ancien DG de la SONAHYDROC a payé le prix de la gestion axée sur le gain de la nation au détriment des individus. Le mal est profond. En RDC, être mandataire public équivaut au titre de prince. On est permis de tout faire. Triste réalité.

Lire aussi  Scandale Vidiye Tshimanga : La Présidence de la République menace !

Zamenga Odimbale

 

Lire aussi

Les plus populaires