Ituri : Les structures citoyennes se vident de leurs responsables qui visent des postes politiques (Reportage)

 

Les structures citoyennes implantées dans la province de l’Ituri font face à une véritable fuite de ses cerveaux qui visent désormais des postes électifs en politique.

Dans le territoire de Mambasa, seule la coordinatrice territoriale a résisté aux sirènes de la politique. Presque tous ses collaborateurs de sept (7) chefferies ont postulé soit à la députation nationale soit aux législatives en cours. Même le virevoltant John Musombolya a tourné le dos à sa Nouvelle Société Civile du Congo (NSCC).

Dans le territoire d’Irumu, le « célèbre défenseur des droits humains » Christophe Munyanderu a cédé à la tentation et ne fait plus partie de la Convention pour le Respect des Droits Humains (CRDH). Les acteurs du collectif de « communautés victimes des atrocités de Djugu » (G-5) ont également fait acte de candidature.


Président de l’Union des Associations Culturelles pour le Développement de l’Ituri (UNADI), Janvier Ayendu Bin Ekwale est candidat à la députation nationale dans le territoire de Mambasa. Le Parlement des jeunes et les autres structures citoyennes n’échappent pas à cette « tempête ».

Lire aussi  Désignation candidat président président de la CENI : "on ne recule pas, nous avons terminé cette question" (Dodo Kamba)

Un observateur de la scène politique iturienne approché par ACTU7.CD explique cette ruée vers la politique s’explique par « le luxe ostentatoire » et la « réussite matérielle facile et rapide » que le « monde politique fait miroiter ». Cet analyste redoute « l’affaiblissement à court et long terme » de ces structures « vues désormais comme creusets des politiciens en herbe ».

Andy Kambale Matuku

Lire aussi

Les plus populaires