Muyaya aux résistants Wazalendo : « Il est hors de question d’envisager une quelconque forme de violence contre la force régionale »

 

Le porte-parole du Gouvernement de la République Démocratique du Congo (RDC) n’est pas resté indifférent vis-à-vis de la menace d’une attaque des patriotes Wazalendo contre les troupes de l’East African Community Regional Force (EACRF).

Au cours d’un briefing de presse co-animé avec le VPM Jean-Pierre Lihau ce mercredi 11 octobre, Patrick Muyaya n’a pas tardé de prévenir qu’aucune forme de violence ne sera tolérée contre la force régionale ni contre une quelconque communauté.

« Il faut attirer l’attention des uns et des autres que nous nous portons le message au plan diplomatique, il est hors de question d’envisager une quelconque forme de violence contre la force régionale », a-t-il déclaré.


Patrick Muyaya a, par ailleurs, dénoncé « toute manipulation qui vise à désorienter l’opinion internationale. À l’en croire, la problématique Wazalendo, qui est un concept général, se résume aux patriotes congolais qui se battent pour la défense de leur patrie parce qu’en face vous avez des gens qui viennent pour massacrer, mais cela ne doit en rien être une excuse par exemple pour s’en prendre à la force régionale », a-t-il souligné.

Lire aussi  Kwilu/Recrudescence du phénomène Kuluna dans différentes entités : Le renfort des FARDC sollicité !

« Aujourd’hui, je vois la manipulation rwandaise, comme d’habitude, vouloir mentir à l’opinion internationale qu’il y a des massacres qui se commettent contre les communautés Tutsi.
Nous comme Gouvernement, nous avons une position connue quant à ce. Aucune forme de violence ne peut être tolérée sur aucune de nos communautés. La difficulté que nous connaissons aujourd’hui est que toutes communautés congolaises sont touchées au même titre », a-t-il indiqué.

Cependant, d’aucuns s’interrogent sur l’avenir de ce mouvement dit « Wazalendo » après la guerre. Pour le Ministre Patrick Muyaya, la seule menace reste le M-23/RDF.

« (…) Il y a un processus qui avait commencé notamment avec Uhuru Kenyatta où tous les groupes armés congolais avaient convenu qu’ils déposeraient les armes. Et aujourd’hui, la menace principale c’est la question du M-23. Nous pensons dès que la question du M-23 sera réglée, le restant des questions entre congolais, nous pouvons trouver la solution », a ajouté Patrick Muyaya, porte-parole du Gouvernement.

Pour rappel, les jeunes patriotes résistants du mouvement APCLS Masisi, également surnommés « Wazalendo », avaient récemment donné un ultimatum de quarante-huit (48) heures aux éléments de l’EACRF pour quitter les territoires du Nord-Kivu, notamment le Masisi. Ces jeunes reprochent à la force régionale de collaborer avec la coalition RDF/M-23.

Lire aussi  RDC : L'évaluation de l'état de siège au centre des échanges entre le Premier ministre et les élus nationaux de l'Ituri

Cink Inkonge

Lire aussi

Les plus populaires