RDC : Encore une menace de grève des transporteurs routiers poids lourds de l’axe Kinshasa-Matadi

 

Après avoir suspendu leur mouvement de grève fin septembre, les transporteurs routiers poids lourds de l’axe Kinshasa-Matadi menacent une fois de plus de retourner à la grève. En effet, ces transporteurs routiers ont lancé un ultimatum au Gouvernement congolais, qui expire le lundi 06 novembre prochain.

Ils dénoncent la non tenue, par le Gouvernement, des promesses leur faites pour la levée du dernier mouvement de grève. Il s’agit notamment de la convocation d’une réunion tripartite Gouvernement – Employeurs – Syndicats des transporteurs.

Ce jeudi 02 novembre, les syndicalistes sont allés exprimer leur inquiétude au Vice-premier ministre, Ministre de l’Économie nationale, Vital Kamerhe qui les a rassurés de son implication pour des solutions idoines à leurs revendications. Ils exigent notamment l’amélioration des conditions socio-professionnelles des transporteurs routiers poids lourds et les meilleures conditions d’exploitation pour les entreprises du secteur.


D’après le président de l’intersyndicale des transporteurs routiers poids lourds, ces moments d’attente font monter la pression.

Lire aussi  Kinshasa : Thadée Lumbu, sacré vainqueur de la 3ème édition du concours Kin Startup Academy

« Vous êtes sans ignorer qu’il y a eu grève des transporteurs routiers dans le secteur ouest Kinshasa-Matadi au mois de septembre, cette grève qui a été suspendue avec le concours du Vice-premier ministre, Ministre de l’Économie et puis il y a des engagements qui ont été pris entre autres, l’engagement de la tenue de la tripartite », a déclaré André Tshikoji, président de l’intersyndicale.

Avant de poursuivre : « (…) Nous sommes à plus d’un mois déjà d’attente. Ça fait monter la tension, il était même question qu’aujourd’hui nous puissions lever cette suspension. Mais déjà, il y a un ultimatum qui court jusqu’à lundi si rien n’est fait ».

Il faut dire que la grève des transporteurs routiers poids lourds dans le secteur ouest sera non seulement un manque à gagner pour l’État congolais, mais aussi risquerait de faire augmenter les prix de certaines denrées alimentaires à Kinshasa et Matadi.

Cink Inkonge

Lire aussi

Les plus populaires