Marche de l’opposition à Kinshasa : « Un point de non retour vient d’être franchi » (Katumbi)

 

Moïse Katumbi s’est exprimé à la suite de la marche organisée ce mercredi 27 décembre à Kinshasa par Martin Fayulu et consorts pour exiger la démission du président de la CENI Denis Kadima et obtenir l’annulation et la réorganisation des élections générales au pays.

Pour ce candidat à la présidentielle, le peuple congolais a décidé, comme la constitution lui en donne le droit, de se prendre en charge et de marcher pacifiquement pour exiger la tenue d’un vrai scrutin.

Dans un message posté sur son compte X (ex Twitter), Moïse Katumbi tient à dénoncer des « violences aveugles » orchestrés par les agents de l’ordre sur les manifestants.


« Après le simulacre d’élections organisés par la CENI, le peuple congolais a décidé, comme la Constitution lui en donne le droit, de se prendre en charge et de marcher pacifiquement pour exiger la tenue d’un vrai scrutin. Pour seule réponse, la population a rencontré les tirs et la violence aveugle des forces de l’ordre. On dénombre plusieurs blessés. C’est inacceptable », a-t-il déploré.

Lire aussi  Kabuya aux mouvements citoyens qui s'opposent à la visite de Macron : "Tout celui qui sèmera le désordre sera maîtrisé"

Et d’ajouter : « Un point de non retour vient d’être franchi. Cette première marche sera suivie d’autres actions dans tout le pays. La tricherie, la fraude et le mensonge ne passeront pas. J’exprime ici ma compassion aux blessés et aux victimes de la dictature (…) Tous ensemble, nous sommes condamnés à reprendre en main notre destin ».

Selon la police, le bilan provisoire fait état de plusieurs blessés dont deux (2) policiers et plusieurs mineurs à la suite de cette marche.

Frank Kalonji

Lire aussi

Les plus populaires