Geurre dans l’Est : « Les combattants du M-23 ont été entraînés et formés dans une académie militaire rwandaise » (Rapport ONU)

 

Pour la troisième fois en un peu plus d’un an, le groupe d’experts des Nations Unies viennent de prouver la responsabilité et l’implication du Rwanda dans la déstabilisation de l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC), principalement dans la province du Nord-Kivu où sévit le fameux Mouvement du 23 Mars (M-23).

Dans un rapport non encore dévoilé mais consulté par plusieurs médias internationaux, les experts des Nations Unies, photographies à l’appui, démontrent noir sur blanc l’implication du régime de Kigali dans la reprise des hostilités entre le M-23 et l’armée congolaise. Selon la même source, les combattants du M-23 ont été formés et entraînés à l’académie militaire de Gako, au Rwanda.

Les experts de l’ONU démontrent également que les éléments de l’armée rwandaise ont continué à pénétrer le territoire congolais. Ce mouvement s’est accentué notamment depuis début octobre, avec la reprise des combats entre l’armée congolaise et les rebelles du M-23/RDF. Le rapport note une intensification des contacts entre les hauts gradés de l’armée de Kagame et les combattants rebelles, en vue de leur fournir un appui logistique.


Comme à ses habitudes, le régime de Kagame nie toute implication. Pour le Rwanda, la problématique du M-23 est une « question interne à la RDC ». De son côté, Kinshasa est accusé, dans le même rapport, de collaborer avec les groupes armés, auteurs de plusieurs exactions. En signe de bonne foi, Kinshasa a récemment mis aux arrêts un général accusé de collaborer avec les Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda (FDLR).

Lire aussi  Beni : Un élément FARDC périt dans une attaque des miliciens à Bashu

Andy Kambale Matuku

Lire aussi

Les plus populaires