Ituri : Au moins 70 personnes tuées et plusieurs autres blessées depuis janvier 2024 (société civile)

 

La société civile, coordination provinciale de l’Ituri, vient de peindre un tableau sombre de la situation sécuritaire dans la province, depuis le début de l’année 2024. C’était à l’issue d’une réunion d’évaluation tenue à Bunia ce lundi 12 février.

Dans une déclaration lue par son coordonnateur, l’on dénombre au moins soixante-dix (70) personnes qui sont déjà décédées jusqu’ici, au côté de plusieurs autres blessées. Ces cas de tuerie dans plusieurs circonstances dont des attaques des groupes armés locaux et étrangers, de cambriolage des bandits armés, de viol, d’assassinat par des éléments loyalistes, principalement dans les territoires de Mambasa, Mahagi, Djugu et Irumu.

Ces situations étaient, selon la même source, à l’origine du déplacement massif des habitants de plusieurs régions, qui traversent des conditions humanitaires précaires dans leurs milieux de fuite.


Dieudonné Lossa note aussi l’invasion du territoire national de la RDC par l’Ouganda dans la chefferie des Ang’al, territoire de Mahagi.

Lire aussi  Ituri : L'ambassadeur du Kenya en RDC à Bunia pour "appuyer les stratégies de la main tendue du Président de la République envers les groupes armés"

Il dit reconnaître cependant les efforts des autorités dans la recherche de la paix notamment par l’approche non militaire, ce qui a permis aux groupes armés locaux de signer des actes d’engagement (dont le cas le plus récent est celui du mouvement d’autodéfense Zaïre), les exhortent par ailleurs à accélérer avec le processus de désarmement afin de retirer les armes d’entre les mains de ces miliciens, car, dit-il, « le développement de la province en dépend ».

La société civile en Ituri demande aussi aux groupes armés de respecter leurs accords de paix et de toujours régler leurs conflits par des voies non violentes, pour éviter le regain des tueries en province de l’Ituri.

Moïse Ulang’u

 

Lire aussi

Les plus populaires