Nord-Kivu : La LUCHA dénonce le meurtre d’un déplacé de guerre à Goma

 

Un déplacé de guerre a été tué par un homme assimilé à un militaire FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo) la nuit de lundi à ce mardi 5 mars 2024 à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

Des sources concordantes affirment que cet élément incontrôlé aurait tiré sur la victime et la mort s’en est suivie. Dans un communiqué, le mouvement citoyen Lutte pour le Changement (LUCHA) monte au créneau. Dénonçant ce meurtre, il indique qu’il est inacceptable qu’un élément pourtant censé protéger les civils, tourne le dos à sa mission, tirant plutôt sur ces personnes inoffensives.

‹‹ Nous dénonçons le meurtre d’un déplacé de guerre la nuit de ce mardi au camp de Mugunga à Goma par un militaire congolais. Il est incompréhensible et révoltant que des éléments qui ont battu retraite face aux rebelles du M23 s’attaquent aux civils déplacés ››, s’inquiète la LUCHA.

Lire aussi  État de siège : "La pression militaire exercée sur les ADF au Nord-Kivu produit des effets" (Gouvernement)

Selon ce mouvement qui lutte contre les anti-valeurs, les autorités doivent veiller afin qu’aucun homme armé ne franchisse le camp des déplacés. Consécutivement à cette situation, la tension a été vive ce mardi à Goma, le chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

En colère, la population a exigé que justice soit faite contre ce militaire qui a failli à sa mission.

JC Mbafumoja

 

Lire aussi

Les plus populaires