Guerre dans l’Est : Un groupe de « politiciens et citoyens traîtres » appréhendés par les services de sécurité au Nord-Kivu

 

Les services de sécurité de la République Démocratique du Congo (RDC) ont mis la main sur un groupe d’individus présentés comme « traîtres » et travaillant pour les rebelles rwandais au Nord-Kivu.

D’après l’Agence Congolaise de Presse (ACP), il s’agit des politiciens et des citoyens ordinaires. Sans compter leur nombre, l’ACP précise, citant des sources sécuritaires, que ces personnes étaient suivies par les services des renseignements depuis un temps et collaboraient étroitement avec la coalition de Rwanda Defense forces (RDF) et les terroristes du Mouvement du 23 mars (M23).

Depuis le début des troubles dans la partie est de la RDC, des voix se lèvent pour dénoncer la « complicité et la trahison » aussi bien au sein de la population que dans le monde politique. Dans le cadre des enquêtes récemment lancées, Jimmy Nziali, porte-parole civil du Gouverneur militaire du Nord-Kivu et quelques responsables de l’Agence Nationale des Renseignements (ANR) avaient été arrêtés puis transférés à Kinshasa.


Malgré la demande du Vice-premier ministre Jean-Pierre Bemba pour lever le moratoire sur la peine de mort en cas de trahison, les sources de l’ACP renseignent que toutes les personnes arrêtées seront remises à la justice qui déterminera leur sort.

Lire aussi  État de siège : L'armée récupère un autre bastion des ADF à Beni

Andy Kambale Matuku

 

Lire aussi

Les plus populaires