Bureau définitif de l’Ass. Nat/Un seul poste pour l’opposition : « Nous nous inclinons en toute démocratie » (Christian Mwando)

 

L’opposition politique n’aura qu’un seul poste au bureau définitif de l’Assemblée nationale, celui de Rapporteur adjoint. Cette décision ressort de la plénière de mercredi 17 avril 2024. Seulement, cet état de chose n’est pas de nature à plaire à l’opposition, plus particulièrement le parti Ensemble pour la République de Moïse Katumbi.

Christian Mwando, député national/Ensemble pour la République, s’est indigné du fait que la majorité parlementaire n’a pas voulu répondre positivement à leur demande, celle d’avoir deux (2) postes pour l’opposition : la deuxième vice-présidence et celui de Rapporteur adjoint.

« Nous avons demandé effectivement le poste de deuxième vice-président de l’Assemblée nationale qui, dans le passé, était toujours dévolu à l’opposition ; mais aussi le poste de rapporteur adjoint pour faire l’évaluation des rapports parlementaires. La majorité n’a pas jugé cela nécessaire, elle a trouvé qu’elle pouvait continuer à gérer pratiquement seule (…) », regrette ce parlementaire.

Lire aussi  Nord-Kivu : Le Gouverneur militaire "suspend le paiement de tous les cadres politiques civils jusqu'à la reprise de leurs fonctions"

Christian Mwando trouve “anormal” « d’avoir une majorité qui a 96% de places dans l’hémicycle ». C’est pour cela que, estime-t-il, « il était important que cette majorité use de sagesse pour permettre à l’opposition d’être visible et lisible au sein de l’Assemblée nationale ».

Dans la foulée, le parti de Moïse Katumbi n’a pas voulu engager un bras de fer, laissant place au jeu démocratique. « Elle (la majorité, ndlr) a pris sa décision, nous nous inclinons en toute démocratie (…) », dit le haut représentant du candidat malheureux à la présidentielle de 2023.

Jusque-là, aucune date n’a été fixée sur le jour précis de l’élection du bureau définitif de la Chambre basse du parlement. Le président du bureau d’âge a levé la séance plénière de mercredi sans pour autant permettre aux députés de tabler sur le calendrier de cette élection, comme cela était prévu.

Patrick Nguwo

Lire aussi

Les plus populaires