Kasaï-Oriental/TENASOSP : La crise socio-économique à la base de la faible participation des élèves

 

La troisième édition du Test National de Sélection et d’Orientation Scolaire et Professionnelle (TENASOSP) a été lancée dans la capitale diamantifere, au Kasaï-Oriental, par le gouverneur intérimaire Ananias Muzadi Kankonde ce jeudi 13 avril 2024. C’est l’enceinte de l’Institut de la Révolution, une école publique située dans la commune de Diulu qui a été le théâtre de cette cérémonie, regroupant plusieurs personnalités, dont les autorités éducatives.

Pour ce premier jour, les candidats ont été soumis aux sciences mathématiques et au test psycho-technique. Lors de la deuxième journée et la dernière, qui intervient le vendredi 14 juin 2024, ils seront confrontés aux tests de langues, de culture générale et d’aptitude.

Cette année 2024, la province du Kasaï-Oriental a enregistré au total 31 mille 160 candidats, dont 13 mille 292 filles, répartis dans 77 centres d’examen à travers les huit (8) sous-divisions provinciales. Ce chiffre représente une baisse de 4,29% par rapport à l’année dernière, où l’on avait répertorié 32 mille 559 candidats aux épreuves.

Lire aussi  EPST : Tony Mwaba interdit la cérémonie de collation des grades pour les finalistes du cycle maternel

Selon l’Inspecteur Principal Provincial (IPP) Innocent Lusiene Ikom, présent au lieu de l’événement, cette baisse est exacerbée par la conjoncture socio-économique actuelle, qui sévit dans la ville de Mbuji-Mayi en particulier et au Kasaï-Oriental en général. Cette situation empêche bon nombre de foyers à supporter la scolarité de leurs enfants, malgré l’apport qu’ont les études dans leur vie.

Jacob Séraphin Nkita, à
Mbuji-Mayi

Lire aussi

Les plus populaires