Mbuji-Mayi : Police de circulation routière et usagers de la route, le chat et la souris !

Les violons sont loin de s’accorder entre la Police de Circulation Routière (PCR) et les Conducteurs des taxi-motos dans la ville de Mbuji-Mayi, capitale de la province du Kasaï-Oriental.

Matin, midi et soir, l’on assiste à une véritable bagarre et des accrochages agressifs entre la PCR et les usagers de la route. Le comble, selon ces régulateurs de la circulation, est que les taximans ne tiennent pas compte du code de la route dans l’exercice de leur travail. Cette situation les amène à ravir leurs engins pour exiger des pénalités par la suite.

Même si la PCR agit en conformité avec le code qui régit son secteur, il y a lieu d’évoquer les égarements qu’elle s’offre, quand elle se trouve sur le point de saisir une moto.


Au lieu d’interpeller le conducteur tranquillement, les agents de la police de circulation routière préfèrent saisir brutalement un engin, allant jusqu’à terrasser le conducteur, au risque de lui créer des ennuis des santé ou des pertes importantes.

Lire aussi  Ituri : Une vingtaine de pygmées sont morts depuis le début du mois de décembre à Mambasa

Cette tracasserie routière est mal perçue par le public et même par les élus provinciaux. L’un entre eux a, lors de sa motion d’information au cours de la plénière de jeudi dernier, invité le Ministre provincial de l’Intérieur à venir s’expliquer à la prochaine séance plénière, sur le climat malsain qui règnent entre les deux (2) parties.

Au stade actuel, des dispositions idoines doivent être prises en urgence, pour rétablir le climat d’entente et de collaboration entre les policiers de circulation routière et les usagers de la route à Mbuji-Mayi, de peur d’assister, un des quatre matins, au pire.

Jacob Séraphin Nkita, à
Mbuji-Mayi

 

Lire aussi

Les plus populaires