RDC-Mise en place et affectation des SG de l’adm. publique : Y. Ebongo a nommé secrètement 19 secrétaires généraux sans passer par le conseil des ministres (EIPJ)

La mise en place et l’affectation des secrétaires généraux de l’administration publique en RDC consacrée par l’arrêté pris récemment par la Ministre de la fonction publique Yollande Ebongo fait couler encre et salive. Dans la foulée des réactions, l’Espace Inter Plateformes des Jeunes (EIPJ-RDC) dénonce une situation des fraudes entretenue, selon lui, par Yollande Ebongo à travers cette décision.

Cette organisation des Jeunes dit relever de l’incohérence, des irrégularités et l’inconsistance dans cet arrêté.

« Après avoir parcouru l’arrêté et la réplique de la Ministre de la fonction publique à la correspondance du Directeur de cabinet adjoint du chef de l’État, nous constatons avec regret que malgré l’argumentaire de la ministre se référant aux ordonnances n°18/143 et 18/143b du 27/12/2018, puis au résultat de concours des secrétaires généraux de 2018, il ressort de ces documents des irrégularités criantes. Sur 72 personnes se trouvant dans les 2 ordonnances réunies, seules 39 sont reprises dans l’arrêté de Madame Yollande Ebongo », peut-on lire dans la déclaration écrite de l’EIPJ-RDC dont une copie est parvenue à ACTU7.CD.

Lire aussi  RDC : Le Mouvement "Debout Congolais" s'oppose à l'initiative de la CENCO "de vouloir organiser un dialogue national entre Tshisekedi, Kabila et Fayulu"

En effet, l’EIPJ-RDC constate que 19 personnes ne sont pas dans ces 2 ordonnances, sans citer le fait qu’il y a des noms qui ne se retrouvent ni dans ces ordonnances, moins encore sur la liste de ceux qui ont satisfait au concours.

« Madame la ministre, si pour 39 personnes, vous avez procédé à une mise en place comme vous le prétendez, il est à noter que vous avez nommé secrètement 19 secrétaires généraux sans passer par le conseil des ministres, ni par une proposition au chef de l’État pour ordonnance présidentielle », déplore Don Okoma Onyumbe, Secrétaire exécutif de l’EIPJ-RDC dans sa correspondance.

Par conséquent, il dénonce ce qu’il qualifie d’acte irrégulier et invite Yollande Ebongo à retirer son arrêté qui n’est pas une priorité pendant cette période de COVID-19.

« En cas de persistance de ce conflit, l’EIPJ-RDC sollicite au Chef de l’État d’abroger carrément les 2 ordonnances pour en signer une autre sur proposition de la Ministre de la fonction publique en tenant compte de la représentation effective des jeunes », a-t-il poursuivi.

Lire aussi  Haut-Katanga : Les hommages à Gabriel Kyungu débute à l'esplanade du bâtiment du Trente juin

Selon cette organisation, sa position sur cette question se rapporte au souci de veiller sur la bonne gouvernance par des actions de revendication pacifique et de contrôle citoyen.

Josué Mfutila

Lire aussi

Les plus populaires