RDC-Senat : A. Lite invité à édifier la commission des relations extérieures sur les recommandations du conseil des droits de l’homme de l’ONU

Depuis 2006 et 2019, le conseil des droits de l’homme de l’ONU a adopté plus de 260 recommandations à satisfaire par le gouvernement congolais en matière des droits de l’homme. Des recommandations prises en perspective de l’atteinte des objectifs de développement durable à l’horizon 2030.

En mars 2019, le gouvernement congolais, à travers son ministre des droits humains, avait présenté au conseil des droits de l’homme de l’ONU, un rapport sur les réformes entreprises par la RDC.

Ces réformes exigent un suivi parlementaire conséquent. C’est dans ce cadre que l’union interparlementaire à travers son secrétaire général Martin Chugong, avait saisi le président du Sénat pour lui demander d’inviter le ministre des droits humains devant le Sénat afin d’édifier les sénateurs sur la présentation du rapport du conseil des droits de l’homme et ses recommandations.


Ayant jugé bon que cet exercice s’effectue en commission, le président du Sénat Alexis Thambwe Mwamba a, dans sa lettre du 7 mai 2020, instruit la présidente de la commission des relations extérieures la Sénatrice Francine Muyumba Nkanga d’inviter le ministre des droits humains à venir édifier la commission sur ledit rapport.

Lire aussi  RDC : la Fondation Bill Clinton invite Tshisekedi à sanctionner les auteurs des cachots clandestins sur l'ensemble du territoire national

L’objectif de cette démarche est de permettre au Sénat d’intensifier les mesures de suivi parlementaire sur les recommendations du Conseil des droits de l’homme à la République Démocratique du Congo.

Devant la commission des relations extérieures du Sénat, le ministre des droits humains a expliqué que le gouvernement congolais a entrepris des multiples réformes dans le secteur des droits humains, ayant permis de réaliser plus d’une centaine des points de convergence aux recommandations formulées à son intention.

Parmi ces réformes, l’on cite l’operationnalisation du centre national de prévention contre la torture, l’adhésion de la RDC à l’initiative des principes volontaires de sécurité et du respect des droits de l’homme dans les industries extractives, ainsi que la mise en place du mécanisme d’alerte précoce au sujet des situations des violations des droits de l’homme, à travers les quartiers, les communes, les villages et les villes du pays.

André Lite Asebea a également signalé des projets prioritaires pour la promotion des droits de l’homme en RDC.

Lire aussi  Kipushi : L'avenue Kafubu, l'oubliée de l'opération "trou zéro" dans la province du Haut-Katanga

Il s’agit de l’initiation des élèves du primaire et du secondaire aux notions des droits de l’homme en partenariat avec le ministère de l’EPST et l’UNESCO ainsi que de l’élaboration d’un guide pratique des droits de l’homme à l’usage des citoyens.

La Rédaction

Lire aussi

Les plus populaires