Réformes électorales : Au-delà de la CENI, le MLC préconise des réformes à la Cour Constitutionnelle

 

Le parti politique Mouvement de Libération du Congo (MLC) préconise des réformes au niveau de la Cour Constitutionnelle. Pour ce parti de l’opposition, cette démarche favorisera la meilleure gestion du contentieux électoral en 2023. L’information est confirmée à ACTU7.CD par Régis Landry Kasuama, Secrétaire National du MLC, en charge de l’Industrie et Petites et Moyennes Entreprises (PME).

« Le MLC appelle à des reformes du système électoral congolais tant sur la loi électorale que sur la loi organique de la CENI. Le MLC prône aussi le renouveau du contentieux électoral, ceci pour éviter au pays les conflits post-électoraux comme cela a été le cas en 2006, 2011 et 2018 », a-t-il révélé sans vouloir commenter d’autres nouvelles, qualifiées jusque-là de rumeurs autour de sa formation politique.

En effet, des nouvelles circulant dans des salons politiques de Kinshasa indiquent que le parti du Chairman Baimoto propose même la création d’une cour électorale qui sera un organe de la Cour Constitutionnelle, chargée de gérer uniquement le contentieux électoral de 2023, reprochant à la haute cour « une partialité avérée ».

Lire aussi  RDC : les ministres des aff. étrangères et des finances appelés à se pencher sur les situations dramatiques de représentations diplomatiques

Visiblement, l’ancien vice-président de la RDC qui a été décapité à la CENI et à la Cour Constitutionnelle à la présidentielle de 2018 suite à ses contentieux avec la Cour Pénale Internationale veut dépolitiser la haute Cour et la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) afin d’obtenir un processus électoral inclusif, démocratique et transparent.

Jean-Pierre, leader du MLC qui a conféré en début de semaine avec le groupe de 13 personnalités en croisade sur les réformes électorales l’a même fait savoir aux auteurs du consensus.

Josué Mfutila

Lire aussi

Les plus populaires