Forum sur les réformes électorales : « Nous saluons le boycott de la coalition FCC-CACH » (Georges Milumbu)

Le forum de haut niveau du consensus sur la réforme électorale efficiente, initié par le Centre d’Appui Politicogique Afrique-Caraïbes (CAPAC) et l’université de Liège ( Belgique) n’a toujours pas repris depuis la suspension des travaux le 25 août dernier par les organisateurs, faute d’inclusivité.

Pendant que les initiateurs démarchent afin d’obtenir la participation d’autres formations politiques notamment le Front Commun pour le Congo ( FCC) de Joseph Kabila, le Cap pour le changement (CACH) et l’AFDC-A du professeur Bahati Lukwebo, des voix se lèvent pour encourager la position de la coalition au pouvoir face à ce forum.

Pour le parti politique Congo avance, la position de ces 2 plateformes au pouvoir est de nature à défendre la souveraineté de la RDC.


« Nous saluons le boycott de la coalition FCC-CACH en rapport avec des assises qui megoteraient sur les questions liées à la souveraineté et l’indépendance de la RDC, en dehors des institutions de la République », a confié Georges Milumbu, Vice-président de Congo Avance, dans une mise au point parvenue à ACTU7.CD.

Lire aussi  Coopération : l'ambassadrice du Royaume Uni reçue par Tshisekedi

À lui d’ajouter, « le Congo n’est pas un éternel élève de la Belgique où elle viendra expérimenter ce qui n’a pas marcher chez lui ».

Georges Milumbu affirme que le Congo n’est pourtant pas à sa première expérience en ce qui concerne les réformes. Il n’aura pas à cet effet besoin de la Belgique pour trouver des solutions à ses propres problèmes.

« Qu’est-ce qu’ils entendent par réformes », s’interroge t-il, avant de poursuivre, « les réformes ont toujours eu lieu en RDC. Les toutes dernières réformes datent de 2018 où on a ajouté toute une plénière à la CENI qui n’a d’ailleurs rien apporté ».

Il conclut que tout dialogue en dehors du cadre institutionnel débouchera au partage des postes et au positionnement politique pour certains opposants et « le peuple veillera à ce que cela ne passe pas ».

Josué Mfutila

Lire aussi

Les plus populaires