S. Umba au duo Fayulu-Ngoyi : « Un citoyen qui connaît bien la voie à suivre, devrait aller à la cour constitutionnelle au lieu d’aller dans les médias »

Secrétaire général de l’UDPS Kibassa, Me Séraphin Umba qualifie la démarche de Martin Fayulu et Théodore Ngoyi d’une théâtralisation et les invite à suivre la voie légale au lieu d’aller dans les médias.

Séraphin Umba s’exprimait ainsi au sujet des propos du duo Fayulu-Ngoyi qui appelle à la destitution du Président de la République pour violation de la constitution. C’était dans une interview accordée à la presse mercredi 02 septembre 2020 à Kinshasa.

« Je crois qu’il est permis à tout le monde d’avoir des prétentions, mais il faut le faire dans les normes de la loi, parce que qui dit haute trahison il ne revient pas à quiconque de se décider, de dire qu’il y a violation intentionnelle de la constitution. Il ne revient qu’au parquet saisi d’en décider ainsi et de saisir par la suite le parlement pour obtenir d’autorisation », a expliqué le secrétaire général de l’UDPS Kibassa.

Lire aussi  Gouvernement Suminwa : Nommé VPM de l'Économie, Daniel Mukoko Samba dit sa "gratitude au Président de la République"

Pour lui, « les éminents juristes savent ce pourquoi vous remarquez cette acalmie par les hommes sérieux qui savent que la matière des poursuites du Chef de l’État est bien encadrée ».

A l’en croire, « il n’en revient pas au parlement ou à un citoyen qui connaît bien la voie à suivre, au lieu d’aller à la cour constitutionnelle, il préfère aller aux médias, donc c’est déjà une théâtralisation de la démarche ».

« C’est pourquoi je parle de la prétention. Tout le monde peut rêver que c’est faisable mais lorsque le droit qui nous régente tous ne dit pas cela, ce qu’aurait dû faire le monsieur qui parle sur la voie des ondes c’est d’aller saisir le parquet près la cour de constitutionnelle de sa plainte. Et à ce moment là, il verrait la suite qui lui sera réservée. Si cette suite est favorable, à ce moment le parquet saisit le parlement pour qu’ils se réunissent en congrès afin de déterminer la démarche à suivre », précise Me Umba qui fait savoir « qu’il n’est pas interdit à un politicien en mal de popularité d’agiter un peu la scène politique qui reste agitée s’il y a un vide quelque part qui doit boucher le trou ».

Lire aussi  Présidence CENI : Le Nonce apostolique appelle les Confessions religieuses à continuer à dialoguer

« C’est seulement des nouvelles recrues dans le rang du FCC qu’il ne faut pas suivre. Nous disons que les juristes avertis et aux hommes politiques avertis de garder leur calme et nous rassurons que nous allons vers 2023 et c’est là que l’arbitre va trancher. Et nous nous ne pouvons pas nous laisser distraire par les oiseaux de mauvaise augure. Nous travaillons pour qu’en 2023, le peuple dise effectivement qu’il y a raison de voter pour Tshisekedi pour qu’il parachève sa vision », a-t-il conclu.

Jeff Kaleb Hobiang

Lire aussi

Les plus populaires