Kasaï Oriental : « Je n’ai aucune intention malveillante de nuire à qui que ce soit » (président assemblée provinciale)

 

Avant le début de présentation du rapport d’audition du contrôle budgétaire du premier semestre par le rapporteur de la commission, et adoption du rapport d’enquête sur la gestion administrative, financière, technique et sanitaire du gouvernement provincial et des services publics provinciaux du 15 juillet 2015 au 15 juillet 2020, le président de l’Assemblée provinciale Yves Muamba Kadima a déclaré n’avoir « aucune intention malveillante de nuire à qui que ce soit ».

Il « dit faire son travail de parlementaire ». Il répondait ainsi aux allégations selon lesquelles, il serait complice dans le non décollage de la province et à la motion initiée contre le gouverneur de province Jean Maweja.

Dans ce troisième point inscrit à l’ordre du jour, la commission de contrôle parlementaire a constaté : le recours systématique aux marchés de gré à gré par l’ancien gouvernement provincial, contrairement à ce que prévoit la loi sur la passation des marchés publics; la création des plusieurs marchés publics par l’ancien gouverneur Alphonse Ngoyi Kasanji.
Dans ce même rapport, il est révélé que, l’actuel gouverneur et son prédécesseur ont refusé de comparaître devant la commission de contrôle, certains de leurs collaborateurs aussi. Car plusieurs griefs de détournement des engins ont été signalés, entre autres le détournement de six véhicules destinés à la province.
Le détournement de six conteneurs dont 4 remplis des vélos distribués lors de la campagne de 2018.

Lire aussi  RDC : Une structure américaine appelle le parlement congolais à rejeter la loi “Tshiani”

L’actuel exécutif provincial, est reproché des mésententes au sommet du gouvernement provincial notamment entre le gouverneur Jean Maweja et la Vice-gouverneure Jeannette Longa Muswamba, sans oublier ce qu’ils qualifient de « centralisation excessive du pouvoir réglementaire », l’irrégularité des sorties des fonds, la mégestion du patrimoine.

Selon ce meme rapport, on a noté le refus du gouverneur Maweja d’accorder l’accès à la commission de contrôle parlementaire pour une contre-vérification auprès des institutions bancaires dans lesquelles la dette a été contractée.

Ils déplorent dans cette même logique, le fait pour l’autorité provinciale « d’avoir mandaté son directeur de cabinet et le conseiller du ministre de la santé pour procéder aux retraits intempestifs de fonds destinés à la prévention et lutte contre la COVID-19, alors que ces personnes n’ont pas qualité de manier les fonds de l’État ».

Aussi ajoutent-ils, le chef de l’exécutif provincial a signé des ordres de mission durant la période comprise entre mai 2019 et 15 juillet 2020, payé aux bénéficiaires non attirés et n’ayant pas de qualité des personnels du gouvernement moins encore experts de la province, pour un montant de 19 millions 40 mille francs congolais, puis régularisé au mépris de l’édit relatif au marché public qui régit les prestations intellectuelles. Et enfin le payement de 104 personnes fictives sans arrêté ou nomination.

Lire aussi  Réformes électorales : Christophe Lutundula accuse le bureau de l'Ass. Nat. de bloquer sa proposition de loi

Hervé Landry ngoyi, à Mbuji-Mayi

Lire aussi

Les plus populaires