Kasaï : le gouvernement provincial « invite ceux qui crient au détournement de vivres destinés aux victimes de la pollution des rivières à mener les enquêtes »

 

24 heures après la dénonciation du détournement des vivres et non vivres, Don du gouvernement central destiné aux victimes de la pollution des rivières Kasaï et Tshikapa, le gouvernement provincial du Kasaï, « invite ceux qui crient au détournement de ces vivres, de passer auprès des services techniques chargés de distribution pour mener des enquêtes ».

C’est le ministre provincial de la santé, affaires sociales et gestion de crises humanitaires, Ferdinand Mposhampa qui rassure, tout en précisant qu’il détient les éléments de preuve.

« les gens doivent être orientés, les biens ont été réceptionnés, et déposés dans un entrepôt privé (bleu Air-line) qu’on louait chaque jour, ils sont composés de produits périssables à courte durée comme les poisons, huile, et autres, mais après notre appel lancé auprès des infirmiers titulaires des aires de santé de l’intérieur, ils ne sont toujours pas venus, eux nous exigeaient de payer le transport pendant que le gouvernement provincial se retrouve dans l’impossibilité. Nous avons jugé bon de donner ces vivres aux autres victimes qui en ont besoin pour leur survie », a laissé entendre le ministre Ferdinand Mposhampa à ACTU7.


Pour rappel, dans une lettre ouverte adressée au gouverneur du Kasaï Dieudonné Pieme, l’ONG BINADAMU en Action, a dénoncé jeudi 02 décembre, le détournement des vivres et non vivres, Don du gouvernement central, destiné aux victimes de la pollution des eaux des rivières Kasaï et Tshikapa, survenue il y a quelques mois.

Lire aussi  RDC : "Quelle disposition permet au bureau de l'assemblée d'ouvrir un dossier disciplinaire contre un député national ? (Kabund)

Il est à noter que cette dotation du gouvernement central, était acheminée un mois après la visite du vice-premier ministre et ministre de l’environnement Ève Bazaiba à Tshikapa, à la suite de la pollution des rivières Kasaï et Tshikapa par une société angolaise d’exploitation de diamants, qui était tombée en panne. Ces vivres sont en train d’être distribués dans des prisons faute de moyens de transport.

Diaris Kindalo à Tshikapa

Lire aussi

Les plus populaires