Pas de conseil des ministres : la crise entre la Présidence et la Primature se confirme

Pas de conseil des ministres ce vendredi 30 octobre. Le Gouvernement ne s’est pas réuni pour la deuxième fois consécutive et silence radio côté coalition. Ni le Front commun pour le Congo (FCC), ni le Cap pour le changement (CACH) ne se prononce sur ces rendez-vous manqué. Même silence observé à la Présidence de la République tout comme à la Primature. C’est comme si la RDC est suspendue aux consultations annoncées par le chef de l’État.

La non-tenue du conseil des ministres traduit tout simplement la crise qui couve la coalition au pouvoir. Félix Tshisekedi, en annonçant les consultations pour trouver l’ « Union sacrée », a suscité la colère de son allié Joseph Kabila. Et depuis, les deux camps, qui s’observent en chiens de faïence, ne veulent plus se regarder en face. Le Premier ministre, fidèle à Kingakati, n’est plus en odeur de sainteté avec le chef de l’État. Lui qui, depuis plusieurs jours, est cité par le camp présidentiel comme un démissionnaire mais est protégé par la Constitution qui interdit au Président de la République de déchoir le chef du Gouvernement.

Lire aussi  Tanganyika : Francine Muyumba passe son test d'admission au barreau de Kalemie

Une crise qui s’accentue après la réunion de Kingakati où Joseph Kabila a réuni députés et sénateurs acquis à sa cause. Occasion pendant laquelle le maître des lieux a éclaboussé Félix Tshisekedi en dévoilant un aspect de l’accord qu’ils auraient tous deux signé deux jours avant que le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ne proclame les résultats de la Présidentielle du 30 décembre 2018.


Une goûte qui ne fait déborder la base déjà pleine. Félix Tshisekedi conjugue désormais le conseil des ministres au passé. Sachant qu’il est astreint à respecter les lois de la République, le chef de l’État compte désormais au débauchage quel qu’en soit le prix. Une approche qui va lui permettre d’avoir sa « majorité » à lui. Une majorité acquise à sa cause, contrairement à celle dominée par le FCC. Mais il faudra combien de temps ? C’est là le problème. La RDC continuera-t-elle d’évoluer au rythme des caprices des coalisés ? La question reste pendante.

Lire aussi  Tribune : Frontières poreuses, des armées étrangères sur notre territoire, le président de la République en voyage privé, qui est le garant de la nation?

Rachidi Mabandu

Lire aussi

Les plus populaires