Attaque de la base de l’OMS à Mambasa : 9 prévenus condamnés à perpétuité et 4 autres acquittés

 

Le Tribunal militaire de garnison de l’Ituri siégeant en chambre foraine à Mambasa depuis le 29 octobre dernier, vient de rendre son verdict dans l’affaire de l’attaque de la base de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à Biakato, à plus de 75 km de Mambasa centre, en Ituri.

Au cours de l’audience de mardi 10 novembre, 9 des 13 prévenus ont été condamnés à la prison à vie pour crimes de guerre par viol, meurtre et par destruction ainsi que pour participation à un moment insurrectionnel. Exceptés de frais d’instance, ces prévenus devront verser plusieurs centaines de milliers de dollars en titre de dommages et intérêts aux victimes. Par ailleurs, 4 prévenus ont été acquittés et remis en liberté immédiate pour faute de preuves contre eux.

Pour Maître Dieudonné Butembezi, avocat de la défense, ce verdict est une « petite déception ». Il annonce déjà sa volonté de faire appel de cette décision du Tribunal. « Nous sommes quand même déçus car nous étions convaincus que plusieurs de nos clients seraient acquittés notamment ceux-là contre qui le ministère public lui-même requis l’acquittement (…), mais vous constatez avec moi qu’il y a un de mes clients dont contre qui le ministère public avait requis l’acquittement mais qui vient d’être condamné (…) Oui on va aller en appel. Dès demain on va contacter le greffe pour interjetter appel pour le compte de tous les prévenus », a-t-il déclaré.


Du côté des victimes et les parties civiles, on salue le verdict du tribunal. Maître Viviane, une des avocats des victimes appelle le gouvernement et ses partenaires afin que les réparations pour ses clients soient effectives. « (…) sur les 13 prévenus qui étaient poursuivis, nous avons reçu 9 condamnations. C’est un sujet de satisfaction pour nous conseil des parties civiles ».

Lire aussi  Kananga : le nouveau procureur général prête serment et promet de lutter contre les arrestations arbitraires et détentions illégales

Maître Vivianne estime que « nous avons fait notre travail et ils ont été condamnés selon leur culpabilité. Nous sommes satisfaits du fait que nos clients vont rentrer dans leur droit (…) Que le gouvernement trouve quand même des issues pour que ces réparations soient effectives (…) Nous sommes là pour faire le suivi aussi auprès de partenaires », a-t-elle dit.

Ces 13 personnes étaient poursuivies pour des actes commis dans les localités de Biakato et Lwemba, au sud du territoire de Mambasa, entre novembre et décembre 2019. Outre l’incendie des maisons de personnes intervenant dans la riposte et la mise en mort du journaliste Papy Mahamba, la base de l’OMS avait été attaquée dans la localité de Biakato. 3 personnes avaient été mises en mort et plusieurs dégâts matériels enregistrés.

Andy Kambale Matuku, à Mambasa

Lire aussi

Les plus populaires