Probable rencontre Tshisekedi-Kabila : la CENCO à la manoeuvre

Marcel Utembi et Abbé Donatien Nshole, respectivement président et secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) ont été reçu le mercredi 11 novembre par Joseph Kabila. A Kingati, le prélat catholique et le sénateur à vie ont échangé sur « les enjeux de l’heure », comme l’à déclaré Nshole promettant les Congolais d’être fixé la suite de leur mission.

« Nous avons toujours promis d’accompagner les institutions du pays pour consolider la démocratie et améliorer les conditions de vie de la population », a fait le secrétaire général de la CENCO. Une descente à la ferme de la N’Sele qui intervient 24 heures après que Félix Tshisekedi ait consulté la CENCO au Palais de la Nation dans le cadre des consultations qu’il il a lui-même initiées.

Au delà du protocolaire, les analystes voient dans la démarche de la CENCO une tentative de rapprochement entre Félix Tshisekedi et Joseph Kabila. Le Président de la République, qui n’a pas encore fini d’écouter les forces politiques et sociales, à compris qu’il ne peut s’en passer de prêter oreille à son prédécesseur. Donatien Nshole estime que l’intention du chef de l’État est de s’entretenir avec Kabila avec qui il est en crise.


Joseph Olenghankoy, après être consulté au Palais de la Nation, a clairement expliqué qu’il a demandé à Félix Tshisekedi de rencontrer son « frère » pour dissiper le malentendu et résoudre la crise. Bien que la sortie médiatique du président du CNSA a provoqué un tollé général dans le chef de certains extrémistes pro-fatshi. Tout comme la réaction du député Thomas Lokondo qui lui a attiré la colère des udepesiens.

Lire aussi  Hydrocarbures : A Matadi, Didier Budimbu visite les sociétés Sep Congo et Lerexcom Petroleum

Et pourtant, au vu du schéma qui se présente, la rencontre Tshisekedi-Kabila n’est plus ni moins à seule clef devant permettre aux Congolais de décanter la situation, affirment certains observateurs. La crise actuelle est éminemment politique et touche le sommet de l’État. D’où la raison de mettre autour d’une même table les différents protagonistes auteurs de fameux accords -s’il en existe- signés en aval du scrutin du 30 décembre 2018.

Rachidi Mabandu

Lire aussi

Les plus populaires