Insécurité à Kananga :  »quand il y a des failles, selon l’Etat de droit, on doit relever de leurs fonctions les autorités qui ne s’assument pas » (CRONG)

Insécurité à Kananga :  »quand il y a des failles, selon l’Etat de droit, on doit relever de leurs fonctions les autorités qui ne s’assument pas » (CRONG)

S’exprimant sur la situation sécuritaire de la ville de Kananga, le vendredi 24 décembre 2020, le secrétaire exécutif du conseil régional des ONG du Kasaï et Kasaï-Central (CRONG) a laissé entendre que selon l’Etat de droit, s’il y a des failles on doit relever les autorités qui ne sont pas à même d’assumer les fonctions de l’Etat qu’on leur a confiées.

Albert Kiungu, secrétaire exécutif du CRONG de prime abord s’interroge sur l’utilité de la détention du pouvoir public si leurs détenteurs ne sont pas en mesure de sécuriser la population et ses biens.


« La mission élémentaire du pouvoir c’est sécuriser les personnes et leurs biens. Si ces personnes ne sont pas sécurisées, la grande question qu’on se pose c’est à quoi sert le pouvoir au Kasaï-Central », s’est-il interrogé.

Lire aussi  Nord-Kivu : Des armes ont été ravies à la police pendant les troubles à Butembo (Gouverneur Militaire)

Le numéro 1 de CRONG ajoute que  »c’est vrai que nous avons un gouvernement intérimaire mais tous les services de sécurité sont en place (la police, l’armée, les renseignements, la migration…). Malheureusement quand on donne à la population le feu vert de s’impliquer et d’assumer on va aboutir à la justice populaire accompagnée de toutes ses conséquences néfastes ».

Comme solution pour que la paix revienne à Kananga, ce cadre de la société civile préconise le relèvement des autorités tant civiles que militaires qui ne sont pas en mesure d’assumer leurs fonctions.

 » Quand il y a des failles selon l’Etat de droit, on doit relever les autorités qui ne sont pas à même d’assumer les fonctions de l’Etat qu’on leur a confiées. C’est la mesure que nous exigeons maintenant pour que la paix revienne au Kasaï-Central », a-t-il conclu.

Il est impérieux de souligner que ça fait maintenant plusieurs jours, la population de la ville de Kananga n’arrive pas à passer paisiblement son sommeil. Les hommes armés et non autrement identifiés pillent, volent et violent ces paisibles citoyens sous l’oeil impuissant de la police dont l’intervention arrive toujours tardivement. Le vendredi 24 décembre dernier une fille a été violée, sa famille vandalisée et volée par ces gangsters.

Lire aussi  Beni : 4 miliciens Maï-Maï neutralisés par les FARDC à Mangina

Jérémie Descon Muambi à Kananga

Lire aussi

Les plus populaires