Massacre de 46 pygmées en Ituri : la « dynamique peuples autochtones » dénonce l’idée de l’occupation de l’espace

 

Le massacre de 46 pygmées au village Masini dans le territoire d’Irumu, en Ituri, en date du 14 janvier dernier, continue à faire réagir. Après la classe politique iturienne, la Dynamique des Groupes des Peuples Autochtones, (DGPA) s’est exprimé sur ce drame.

Au cours d’une conférence de presse animée mardi 19 janvier à Kinshasa, cette composante de la société civile pense que ces massacres vise « l’occupation de l’espace » et a exigé un deuil national de 3 jours en mémoire de ces compatriotes abattus.

Pour Patrick Saidi, les auteurs de ce massacre ne sont pas les combattants ougandais de l’Allied Democratic Forces (ADF).


« (…) 46 autochtones pygmées, hommes, femmes, vieillards et enfants, égorgés par machettes sans pitié. Une épuration ethnique ou, pire, un génocide (…) Nous connaissons le mode opératoire des ADF. Les motivations n’ont jamais été territorial. C’est dans une vision de l’occupation de l’espace (…) », a-t-il déploré devant les médias.

Lire aussi  Ituri : Des éléments de l'armée ougandaise font incursion près de Mahagi et arrêtent trois congolais

Dans la nuit du 14 janvier dernier, des hommes armés inconnus avaient surgi au campement pygmée de Masini, dans le groupement Badibongo-Siya en chefferie de Walese Vonkutu dans le territoire d’Irumu et ont massacré 46 personnes. Les rescapés de ce drame avaient indiqué que ces hommes « n’étaient pas des ADF ». Une femme ayant échappé à cette tuerie avait même indiqué « avoir reconnu un des agresseurs ».

Andy Kambale Matuku

Lire aussi

Les plus populaires