Affaire Chebeya : « John Numbi et le général Djadjidja ont tout intérêt à collaborer avec la justice » (Georges Kapiamba)

 

Les réactions fusent de partout depuis la publication de l’enquête réalisée par les journalistes de RFI en rapport avec le double assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana, deux activistes des droits de l’homme tués dans des circonstances tragiques en République Démocratique du Congo, il y a 10 ans.

En effet, l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice invite de son côté, John Numbi et le général Djadjidja dont le nom est cité dans l’enquête par « des témoins » à collaborer avec la justice.

« John Numbi a été cité à plusieurs reprises par ses anciens collaborateurs en rapport avec le double assassinat. À partir du moment où il est longuement cité, il n’a qu’à collaborer avec la justice. D’ailleurs, l’ACAJ le lui a toujours recommandé. Il doit accepter d’aller devant les juges pour qu’éventuellement son innocence soit établie à la suite d’un procès juste et équitable », a confié à ACTU7.CD, Georges Kapiamba, président de l’ACAJ.

Lire aussi  RDC : "À la veille de mon procès en appel, je garde la foi que nous allons nous retrouver bientôt" (Kamerhe)

Pour lui, demander l’arrestation immédiate de John Numbi, de son collègue Djadjidja et la réouverture du procès ne constituent nullement un acharnement sur leur personne.

« Aussi longtemps qu’ils garderont la position actuelle qui est la résultante d’une autoprotection dont ils ont bénéficié durant le régime passé de Joseph Kabila, cette affaire va toujours les coller à la peau », a-t-il déclaré.

Et de poursuivre, « si John Numbi et le général Djadjidja reçoivent une invitation de la justice, ils ont tout intérêt d’aller comparaître pour que la vérité soit connue de la communauté nationale et internationale ».

Pour cet activiste des droits de l’homme, « si nous demandons l’arrestation de John Numbi et du général Djadjidja c’est pour des mesures conservatoires, parce que ce sont des personnes qui ont une ascendance sur un certain nombre de témoins ».

Leur mise en détention préventive, complète-t-il, assurerait notamment la sécurité à ces témoins qui se disponibilisent aujourd’hui pour donner des informations importantes à la justice. Ce qui permettra, selon lui, de remonter la filière vers d’autres co-auteurs.

Lire aussi  Affaire 12 millions de rétro-commission : l'ACAJ dénonce "des fausses allégations" lui attribuées !

Josué Mfutila

Lire aussi

Les plus populaires