Trafic d’armes à Beni : l’armée dénonce des spéculations sur l’arrestation de certains officiers FARDC

 

Les forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont réagi au sujet du dossier de trafic d’armes qui a été à la base de l’arrestation de certains de ses éléments et ceux de l’Institut congolais de conservation de la nature (ICCN).

Dans un communiqué rendu public lundi 22 mars, l’armée dénonce ce qu’elle qualifie de spéculations autour ces arrestations. Elle recadre que cette action “découle de la discipline interne qui est de stricte observation au sein des forces armées”.

Le porte-parole des FARDC le Général Richard Kasonga a par ailleurs indiqué que l’infraction reste individuelle, et donc si les enquêtes arrivent à pointer ces éléments FARDC arrêtés dans ce dossier de trafic d’armes, “cette affaire ne met nullement en cause ni les FARDC en général, ni le secteur opérationnel Sukola 1 Grand-Nord et encore moins la 32è brigade de réaction rapide” dont font partie ces officiers présumés trafiquants d’armes.


Pour rappel, le lundi 15 mars dernier, un groupe d’officiers militaires avaient été appréhendés à Beni avec des sacs de munitions à une destination inconnue. Ils avaient été transférés à la Cour Militaire Opérationnelle de Beni.

Lire aussi  Uvira : 48 vaches emportées par des hommes armés dans la commune de Kavimvira

Christopher Kambale

Lire aussi

Les plus populaires