Brazzaville/Meeting de mars 2016 : Jean-Louis Packta, proche de Mukoko, aux arrêts !

 

La Direction départementale de la surveillance du territoire (DDST) continue à pourchasser des opposants qui étaient à la première ligne dans la marche de mars 2016, sur la protestation des résultats des élections ayant porté Sassou Ngwesso à la Présidence de la République.

Depuis le 20 mars 2021, Jean-Louis Packta, proche du Général Jean-Marie Michel Mokoko, est tombé dans le filet de la DDST à Pointe-Noire avant d’être transféré à Brazzaville à la Direction générale de la surveillance du territoire.

Il s’agit d’une énième arrestation dans les rangs des personnalités proches de l’ancien Chef d’état-major de l’armée congolaise qui purge d’ailleurs 20 ans de prison pour « atteinte à la sûreté de l’État ». C’est au quotidien que les partisants du candidat malheureux à la présidentielle de 2016 sont « traqués et subissent des menaces des membres du pouvoir et principalement de la force publique », rapportent plusieurs sources à ACTU7.CD.


En 2016, plusieurs organisations des droits de l’homme, dont l’Observation congolaise des droits de l’homme (OCDH), l’Association pour les droits de l’homme et l’univers carcéral (ADHUC) et la Rencontre pour la paix et les Droits de l’homme (RPDH) exigeaient aux autorités de la République du Congo de libérer sans condition les opposants politiques détenus pour avoir pacifiquement critiqué le déroulement de l’élection présidentielle, mettre fin aux arrestations et détentions arbitraires et prévenir toute répression des manifestations pacifiques.

Lire aussi  Sommet France-Afrique : Félix Tshisekedi et Emmanuel Macron partagent un diner de travail ce mardi à l'Élysée

Patrick Nguwo

Lire aussi

Les plus populaires