Exécution des dépenses publiques : L’inspection générale des finances appelle le Gouvernement à plus de responsabilité

 

L’inspection générale des finances a saisi, par une correspondance, le Gouvernement pour attirer son attention sur la « stagnation de niveau de mobilisation des recettes » pour le premier trimestre de l’année 2021.

Selon le service de communication de l’IGF
qui s’est exprimé par un communiqué sont une copie est parvenue à la rédaction d’ACTU7.CD, des mesures en train d’être prises en Europe pour contenir la pandémie de la Covid-19 ne promettent pas de meilleures perspectives pour les finances publiques de la RDC.

C’est dans ce cadre que l’inspection générale des finances, consciente de ce danger qui guette la RDC, « en appelle à plus de responsabilités dans l’exécution des dépenses publiques et à éviter de prendre des décisions de nature à mettre en mal les finances publiques qui fonctionnent avec un équilibre fragile ».


Dans ce contexte, l’IGF préconise que les efforts de l’exécutif central soient polarisés sur les réformes fiscales et des finances publiques qui auront naturellement de l’impact positif sur la mobilisation des recettes ainsi que la rationalisation des dépenses publiques.

Lire aussi  Lualaba : Des entreprises minières s'engagent à observer strictement la loi sur la sous traitance

Cette structure qui dépend de la Présidence de la République précise par ailleurs qu’elle va « maintenir ses missions d’encadrement des finances publiques et de patrouille financière dans les entreprises du portefeuille de l’État ainsi que dans les Établissements publics ».

« Il est important de signaler que les missions de patrouille financière privilégient l’exécution des dépenses des salaires des agents et celles liées à la production directe », lit-on sur ce document qui précise que « les autres dépenses ostentatoires sont censurées ».

Patrick Nguwo

Lire aussi

Les plus populaires