Sommet France-Afrique : Obtenir l’application à l’immédiat du moratoire des dettes jusqu’à la fin de la Covid-19

 

A Paris, au sommet France-Afrique ouvert le mardi 18 mai, les dirigeants des pays africains voudront à tout prix obtenir, à travers la France, l’application à l’immédiat du moratoire de leurs dettes jusqu’à la fin de la crise économique consécutive à la pandémie de la Covid-19, crise qui a entraîné une explosion de la dette publique des pays du continent africain.

L’Afrique fait figure de continent relativement épargné sur le plan sanitaire, avec seulement 130 000 morts de la Covid-19 sur un total mondial de près de 3,4 millions de morts. Mais elle en sort financièrement exsangue. L’idée de ce Sommet sur le financement des économies africaines a germé à l’automne 2020, quand le Fonds monétaire international (FMI) a calculé que le continent risquait de se heurter à un déficit de financement de 290 milliards de dollars d’ici 2023.

Certes, la croissance du continent qui a connu sa première récession en un demi-siècle l’an passé à cause de la pandémie, devrait rebondir de 3,4 % en 2021 et de 4 % en 2022. Et un moratoire mis en place dès avril 2020 a permis de donner un peu d’air aux pays africains les plus endettés. Mais cela ne suffira pas. Les dettes publiques explosent sur le continent, comme la pauvreté : en 2021, 39 millions d’Africains pourraient tomber dans l’extrême pauvreté, selon la Banque africaine de développement (BAD).

Lire aussi  Augustin Kibassa M. préside la réunion du comité des ministres de la SADC responsables des transports, TIC et météorologie et d’infrastructures

Une trentaine de dirigeants africains et européens se réunissent mardi 18 mai à Paris, avec les grandes organisations économiques internationales. Ce sommet est organisé à l’initiative de la France, pour tenter de sortir les pays du continent africain de l’asphyxie financière qui la menace après être frappés par les effets collatéraux de la pandémie de Covid-19.

Rachidi Mabandu

Lire aussi

Les plus populaires