État de siège : le gouvernement déterminé à disponibiliser les moyens pour répondre aux besoins humanitaires de la population

 

Le jeudi 20 mai au cours d’une réunion du comité de riposte humanitaire présidée par le ministre du budget, Aimé Boji, sur demande du premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, il a été question pour le gouvernement d’assister en terme des besoins humanitaires, les populations des provinces concernées par l’État d’urgence décrété par Félix Tshisekedi.

Selon l’équipe de communication du ministre du budget, cette réunion a permis à Aimé Boji, « d’harmoniser et de préciser avec ses collègues la stratégie gouvernementale sur cette question épineuse qui correspond à la vision de Félix Tshisekedi, prônant toujours  » le peuple d’abord », comme mantra.

À l’issue de cette réunion, Modeste Mutinga, actuel ministre des affaires sociales qui se fait porte-parole de circonstance, a indiqué à la presse que toutes les batteries sont maintenant en marche pour la concrétisation de ce processus.


 » Cette réunion du comité de riposte humanitaire se tient à la demande expresse de premier ministre qui a dirigé le deuxième conseil des ministres au cours duquel, il a été décidé qu’une attention particulière du gouvernement soit accordée à ce qui se passe à l’EST, après l’instauration de l’État de siège. Nous venons de mettre au point tous les outils nécessaires au démarrage de cette activité urgente », a indiqué Modeste Mutinga.

Lire aussi  IGF : "Pas des frais de fonctionnement depuis 3 mois" ( Jules Alingete)

À lui d’ajouter :  » bien qu’étant à la fin de l’exercice budgétaire, le gouvernement sur demande du président de la République, va disponibiliser les moyens pour répondre aux besoins de la population ».

Par ailleurs, Aimé Boji se dit prêt à mettre les bouchées doubles pour que les moyens nécessaires soient mis à la disposition du comité de riposte humaines.

Il sied de signaler que cette rencontre a réuni hormis Aimé Boji et Modeste Mutinga, respectivement ministre du budget et celui-ci des affaires sociales. Il y a eu également la présence l’irene Esambo, ministre de la formation professionnelle, Albert Puela, ministre des droits humains, Jean-Jacques Mbungani, ministre de la santé et cie.

Osée Mfumfu

Lire aussi

Les plus populaires