Débat sur la « congolité » : agitations dans le camp Katumbi!

 

Apparemment, le débat en cours sur la « congolité » soulevé par l’ancien candidat président de la République Noël Tshiani pour verrouiller l’accès au poste du Président de la République en RDC préoccupe le plus un seul camp politique. Les sociétaires d’Ensemble de Moïse Katumbi ne cessent de se manifester sur la question au point d’amener quelques ex-Katangais à s’y opposer en brandissant les menaces sur une sécession.

La démarche de Noël Tshani heurte la sensibilité dans l’état-major de ces ténors de l’Union sacrée. Si, pour les Katumbistes, ce débat ne vaut pas la peine, Noël Tshiani insiste plutôt sur la nécessité pour le pays à ne pas permettre aux Congolais nés de mère ou de père étranger de briguer la magistrature suprême. Il estime que seuls les Congolais de père et de mère congolais peuvent concourir à la Présidentielle.

Touché dans son amour propre, Moïse Katumbi est catégorique : « il n’est pas question que cette proposition de loi séparatiste passe à l’Assemblée nationale ». Le président d’Ensemble, ayant trop encaissé, a fini par sortir du bois. Devant la presse à Lubumbashi, l’ancien gouverneur de l’ex-Katanga s’est réservé de plonger dans ce débat. Moïse Katumbi s’est juste contenté de désapprouver l’approche de Noël Tshiani.

Bien avant l’intervention de Moïse Katumbi, Jean-Claude Muyambo et Noël Tshiani ont eu un débat houleux à distance à travers les réseaux sociaux. Un échange musclé et sous couvert d’injures à peine voilées entre les deux personnalités politiques. Pourquoi seulement le camp Katumbi qui s’agite sur la proposition de Noël Tshiani ?, s’interrogent l’es observateurs.

Et pourtant, en émettant l’idée, Noël Tshiani n’avait au départ cité aucun nom. C’est au fil du temps que les masques ont commencé à tomber surtout dans les rangs de Katumbi. Une levée des boucliers à l’encontre de Noël Tshiani qui explique en partie la position des opposants à l’idée par rapport à la question de la « congolité ».

Dans un pays voulu démocratique, il est malheureusement inadmissible d’interdire à un compatriote de réfléchir à haute voix ou faire une proposition en rapport avec la vie de la Nation. De même qu’il est incompréhensible d’offenser ceux qui rejettent une proposition émise. La démocratie, pense-t-on, veut que toutes les préoccupations soulevées par les uns et les autres soient débattues dans un cadre reconnu par la Constitution. Et de ce qui est de la RDC, il appartient seulement à l’Assemblée nationale de rejeter, adopter ou même amender une proposition de loi.

Une démarche républicaine à laquelle les pour et les contre proposition de loi de Noël Tshiani ne devraient pas se soustraire. C’est ça même le vrai sens de la démocratie obtenue au prix du sang de certains compatriotes.

Rachidi Mabandu

Lire aussi

Les plus populaires