Condamnation de Kamerhe : L’UNC convoque tous ses membres au gouvernement et mandataires publics « afin de lever des options de protestation »

 

En réunion de crise ce mercredi 16 juin, suite à la condamnation de leur leader, le parti de Vital Kamerhe a convoqué tous les ministres du gouvernement Sama Lukonde, mandataires publics, conseillers au sein des cabinets ministériels et autres entités de l’État qui y siègent au nom de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC).

Selon Billy Kambale qui fait cette annonce, une réunion d’urgence est prévue à 14 heures de ce mercredi avec ces cadres pour lever des options à prendre pour protester contre la décision de la Cour d’Appel rendu mardi 15 juin, laquelle a infligé 13 ans de travaux forcés à Vital Kamerhe dans un procès qui l’opposait au ministère public.

« (…) Nous devons nous assumer en tant que parti. L’avenir de notre leader est en danger. À 16 heures, c’est loin. Je convoque tous les ministres, mandataires publics, conseillers au sein des cabinets ministériels ici au siège du parti à Barumbu pour une réunion d’urgence à 14 heures », a déclaré Billy Kambale, secrétaire général de l’UNC.

Communiquant les options levées par son parti à l’issue de la réunion stratégique tenue en marge de la condamnation au second degré de Vital Kamerhe, l’ancien ministre de la jeunesse dans le gouvernement Ilunkamba annonce aussi que l’UNC tiendra des manifestations dès ce mercredi sur toute l’étendue du territoire national « pour dire non à un procès politique » qui a abouti à la condamnation de leur leader.

« (…) Maintenant qu’ils ont décidé de condamner leur Kamerhe à 13 ans de Prison, nous disons que notre Kamerhe ne restera pas en prison. Nous avons demandé aux avocats de Vital qui ont fait leur travail, tout en leur remerciant, de se reposer et de laisser la politique faire son travail. Nous annonçons dès ce mercredi, des manifestations sur toute l’étendue du territoire national », annonce Billy Kambale.

Bien avant cette annonce, une manifestation des militants de l’UNC a été dispersée par la Police Nationale Congolaise (PNC) devant le siège du parti de Vital Kamerhe dans la commune de Barumbu. En colère contre la sentence de la Cour d’Appel, ces militants brûlaient des pneus pour exiger l’acquittement du principal condamné dans l’affaire détournement des fonds alloués aux travaux de 100 jours du Chef de l’État Félix Tshisekedi dans son volet maisons préfabriquées.

Josué Mfutila

Lire aussi

Les plus populaires