RDC : « L’unité nationale est menacée par les antivaleurs » (CENCO)

 

La Conférence Épiscopale Nationale du Congo, CENCO, vient de rendre publiques les conclusions de sa cinquante-huitième assemblée plénière tenue du 14 au 18 juin 2021 à Kinshasa. Pour cette organisation regroupant les évêques de l’église catholique au Congo, la cohésion et l’unité nationale sont menacées par des antivaleurs.

Les évêques de l’église catholique qui appellent le peuple à « former une communauté nationale autour des idéaux de liberté, de fraternité, de solidarité, de justice, de paix et de travail » disent avoir « apprécié à leurs justes valeurs, les premiers gestes du Président de la République, notamment la décrispation du climat politique et la liberté d’expression dans les médias, la libération des prisonniers politiques et d’opinions, le retour au pays des exilés politiques, la mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement de base, et aujourd’hui la proximité avec nos frères et soeurs sinistrés par l’éruption du volcan Nyiragongo ».

Lire aussi  Remaniement du Gouvernement : "On prend les mêmes personnes et on recommence. Les espoirs de congolais continuent à être trahis" (Vox pop)

Pour les princes de l’église catholique, ces gestes « renforcent l’unité du Congo et la cohésion nationale. Cependant, notent-ils, « cette unité est de plus en plus menacée par les antivaleurs telles que le népotisme, le tribalisme, le régionalisme, le clientélisme, l’exclusion des adversaires politiques, des pratiques et des discours qui fragilisent les liens sociaux. Cet état de choses brise le rêve commun et compromet la cohésion nationale sur plusieurs plans ».


Au regard de cette situation, la CENCO recommande au Président de la République de « promouvoir les initiatives favorisant l’unité nationale, veiller à la bonne représentativité géographique dans les institutions » et de « mettre davantage l’Armée dans les conditions qui lui permettent de répondre efficacement à sa mission de défendre et de sauvegarder l’unité et l’intégrité du territoire national ».

Quant au Parlement, il doit se garder de voter les lois qui préconisent la discrimination et menacent la cohésion nationale. Les évêques de l’église catholique recommandent aux députés d’initier les lois qui détribalisent les institutions tout en se gardant de ne pas abuser des immunités parlementaires pour échapper à la justice.

Lire aussi  Kasaï : Le député Hubert Ngulandjoko propose au gouverneur Pieme de réduire la taille de son gouvernement

Le gouvernement doit rééquilibrer les dépenses des institutions proportionnellement aux besoins de la population, promouvoir des projets de société qui renforcent l’intégration nationale et évaluer au niveau national le processus de la décentralisation et les moyens les plus efficaces de stabiliser les institutions provinciales et de les mettre au service de la population.

Andy Kambale Matuku

Lire aussi

Les plus populaires