La veuve Chebeya de retour en RDC, 10 ans après l’assassinat de son défunt mari

Annie Chebeya, la veuve de l’activiste des droits de l’homme congolais Floribert Chebeya assassiné avec son chauffeur Fidèle Bazana en juin 2010 est rentrée à Kinshasa le mercredi 23 juin, 10 ans après l’assassinat de son défunt mari. C’est par l’aéroport international de N’Djili qu’elle a rejoint la capitale congolaise accompagnée de ses deux enfants.

Le retour au pays d’Annie Chebeya pourrait être l’occasion pour elle de livrer d’autres révélations sur l’assassinat de son époux. Elle qui, au mois de février dernier confiait à Jeune Afrique que « je ressens de la tristesse, mais aussi de la joie parce que je prie depuis longtemps pour que la vérité éclate. Ces témoignages sont-ils authentiques ? J’ai tendance à penser que oui, parce que jusqu’à présent, personne n’avait livré autant de détails sur ce qui s’est passé ce jour-là ».

Onze années après la mort de son mari, la veuve Chebeya, réagissant sur les révélations faites par Hergile Ilunga et Alain Longwa sur la RFI, a dit que le sang de Floribert Chebeya continue à réclamer justice. « Deux jours avant sa mort, le dimanche 30 mai, il m’avait dit : ‘Annie, si on me tue pour le pays, mon sang va continuer à crier, et que ça ne sera pas comme Mzee Kabila, qui a été assassiné mais dont le sang ne crie pas vengeance’, a fait savoir Annie Chebeya.

Lire aussi  RDC- Ass-Nat : la fédération de l'UDPS Canada accuse le parlement de faire allégeance à une autorité morale et appelle à sa dissolution

Après les nouvelles révélations d’Hergile Ilunga et Alain Kayeye, l’auditorat militaire général va transmettre le dossier à la Haute cour militaire. Il y a onze ans exactement, le défenseur des droits de l’homme Floribert Chebeya et son chauffeur Fidèle Bazana étaient assassinés. « C’est le général John Numbi qui a intimé l’ordre au major Christian Ngoy. La preuve en est que c’est au sein de l’Inspection générale de la police que le double assassinat a eu lieu », Hergile Ilunga, un des fonctionnaires de police, désigne à nouveau l’ancien chef de la police comme donneur d’ordre dans l’assassinat de deux hommes, le 1er juin 2010.

Selon le commando qui est passé aux aveux, « le général John Numbi a organisé notre évacuation vers Lubumbashi et enfin, il a ordonné de nous déployer dans le secteur minier au Katanga. » L’ex chef de la police ayant fui le pays, la justice militaire a lancé un avis de recherche contre lui.

Rachidi Mabandu

Lire aussi  Ituri : Un mort dans un incendie au quartier Lembabo à Bunia

Lire aussi

Les plus populaires