État de siège : 256 personnes déjà massacrées par les ADF à Beni, la société civile menace de « passer à la vitesse supérieure »

 

Les coordinations de la société civile forces vives du Nord-Kivu déplorent la continuité des massacres des civils malgré l’instauration de l’état de siège.

En territoire de Beni, la structure citoyenne dit avoir répertorié “cent quatre-vingts-quinze (195) attaques contre les civils au cours desquelles deux cent cinquante-six (256) personnes ont été sauvagement tuées par les présumés ADF (Forces Démocratiques Alliées)”.

Selon la société civile, les services de sécurité ne capitalisent pas les alertes des membres de la société civile qui pourraient aider tant soit peu à sécuriser les habitants.


“La population du Nord-Kivu continue à payer un lourd tribut de l’insécurité. La société civile forces vives du Nord-Kivu se réserve le droit de mobiliser toute la population afin d’engager les actions de contraintes à l’égard des gouvernants si rien n’est fait pour mettre fin à l’insécurité une fois pour toute”, lit-on dans un communiqué de cette structure citoyenne parvenu ce samedi 14 août à ACTU7.CD.

Lire aussi  Haut-Uélé : Décès du secrétaire Exécutif du gouvernement provincial

Pour rappel, les voient s’élèvent pour exiger la fin de l’état de siège. D’ailleurs, le mouvement citoyen Lutte pour le Changement (LUCHA) a demandé d’observer une journée ville morte le lundi 16 août à Butembo. La police menace que “quiconque tentera de manifester sera poursuivie même jusque dans sa chambre à coucher”.

Christopher Kambale, à Butembo

Lire aussi

Les plus populaires