Bukavu : Le Vice-ministre de la Justice Amato Bayubasire accueilli avec des cris scandant « libérez Kamerhe !»

En mission humanitaire du Gouvernement central pour apporter de l’assistance aux sinistrés de l’incendie survenu en date du 14 septembre dernier à l’hôtel de poste de Bukavu au Sud-Kivu, le Vice-ministre national de la Justice a été accueilli au port Ihusi de Bukavu sous les cris de la foule où on pouvait entendre « libérez Kamerhe ! ».


En effet, des milliers des militants et cadres du parti de Vital Kamerhe, l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), ont pris d’assaut ce port lacustre, sifflets sur les lèvres, banderoles et calicots en main et scandant des chansons exigeant la libération de Vital Kamerhe.

« Libérez Kamerhe, Kamerhe innocents, scandaient-ils », disent-ils.



Ces derniers affirment ne pas comprendre ce qui se passe autour du leader de leur parti.

« Le président de la République avait dit que la place de Kamerhe n’est pas en prison parce qu’il est un homme honnête, sérieux et intelligent, mais pourquoi jusqu’à présent il continu à être en prison ? Nous, nous voulons le voir libre et mettre ses compétences et capacités au service de la Nation congolaise », a laissé entendre Blaise Kachuka, membre de la plateforme « Soutenons Vital Kamerhe », présent sur place.

Dans son adresse à la foule réunie à la permanence de leur parti près de la place Mulamba, le porte-parole national de l’UNC Me Alfred Maisha a rassuré les militants.

« Notre président, l’honorable Vital Kamerhe continue à suivre des soins au centre Nganda à Kinshasa. Grâce à vos prières et l’attachement que vous continuez à lui prouver, sa santé se stabilise. Ils vous aiment et vous le savez. Continuez à prier pour lui, on a confiance en la justice et la vraie justice sera rendue tôt ou tard », a-t-il confié.

Précisons que le Vice-ministre Amato Bayubasire annonce l’arrivée du Ministre des Affaires sociales Modeste Mutinga ce samedi 02 septembre pour procéder à la remise de l’assistance du Gouvernement aux sinistrés.

Ngaboyeka Pascal, à Bukavu,

Lire aussi

Les plus populaires