Rapport Mapping : Habitants et députés provinciaux du Sud-Kivu réclament justice à travers la mise en place d’un tribunal pénal pour la RDC

 

Des nombreux habitants de la province du Sud-Kivu se sont recueillis au terrain de football de l’Institut Supérieur Pédagogique ISP/Bukavu sur appel de l’Assemblée provinciale pour réclamer justice aux différents massacres perpétrés sur le sol congolais et particulièrement dans la province du Sud-Kivu depuis 1993.


Le député provincial Homer Bulakali, membre de la caravane de paix et qui a pris part activement à ce rassemblement ne jure que sur l’exhumation du rapport Mapping, qui selon lui semble resté lettre morte. Il en appelle à la conscientisation de la toute la population pour une justice et réparation aux victimes. À l’en croire, ceci passe par la mise en place d’un tribunal pénal international pour la RDC (République Démocratique du Congo), combat également du Prix Nobel de la Paix Denis Mukwege.

« (…) Le peuple congolais est un peuple patient mais il arrive que la patience touche à la fin. Nous n’allons pas nous arrêter en cours de route. Notre repos c’est quand nous aurons obtenu le tribunal pénal international pour la République Démocratique du Congo partant des premiers éléments contenus dans le rapport Mapping et que nous devons compléter par les enquêtes qui doivent être menées parce que depuis 2003 jusqu’à maintenant, il y a eu des crimes et ça continue », a déclaré cet élu de l’UNC (Union pour la Nation Congolaise).


Les députés provinciaux du Sud-Kivu comptent voter un édit portant identification et sécurisation de tous les sites de différents massacres répertoriés dans différents endroits de la province du Sud-Kivu.

Le ministre provincial de l’intérieur et sécurité Théophile Kiluwe qui a représenté le gouverneur à cette manifestation, a rassuré la détermination du régime actuel de bâtir un État de droit, après que tous ces événements douloureux aient laissé des traces.

« La recherche d’une paix durable, d’une justice distributive et de la réparation des dommages causés à plusieurs congolais constituent un cheval de bataille pour Président Félix Tshisekedi Tshilombo », a-t-il fait savoir.

Une messe a été dite en la cathédrale Notre Dame de la Paix de Bukavu par l’archevêque de Bukavu Mgr François-Xavier Maroyi qui a imploré la paix et la miséricorde divine aux milliers de victimes.

Cette manifestation a coïncidé avec le 11ème anniversaire depuis la publication du rapport Mapping par les Nations-Unies qui répertorie plus de six cent (600) violations graves des droits de l’homme commises en RDC entre 1993 et 2003.

Ngaboyeka Pascal, à Bukavu

Lire aussi

Les plus populaires