Lomami : Révoqué, l’ancien directeur de cabinet du Gouverneur fustige la procédure et assume ses actes

 

L’ancien directeur de cabinet du Gouverneur de Lomami fustige la procédure ayant abouti à l’arrêté provincial le revoquant de son poste.


Dans une interview accordée à ACTU7.CD le jeudi 07 octobre, Solbena Nsolotshi indique n’avoir pas été notifié avant la publication dudit arrêté. Il assume en outre ses actes.

Il affirme avoir fait part au Gouverneur de Lomami de ses intentions de démissionner après une réunion du cabinet le 04 octobre dernier. Selon lui, « cette annonce verbale » a été l’élément déclencheur de la décision qui a abouti à sa revocation .


« Pour l’histoire, j’ai annoncé ma démission au Gouverneur le 04 octobre après réunion du cabinet et je lui ai promis de la déposer entre ses mains le mardi 5 octobre. À cette dernière date, il n’est venu au bureau et j’ai décidé de la déposer au secrétariat le 5 octobre. C’est alors qu’il a pris mon annonce verbal de la veille au sérieux pour aller préparer le 5 [octobre] même vers 14h, la pseudo-révocation. N’ayant pas su la rendre publique avant de me notifier, il a voyagé vers Mbuji-Mayi laissant consigne de me notifier le 6 octobre, mais malheureusement pour eux, le matin, ma démission a été publiée. C’est ainsi qu’ils ont décidé de la publier dans les réseaux sociaux sans me l’avoir notifié jusqu’à présent », affirme Nsolotshi Malangu.

L’ancien directeur de cabinet dit assumer ses responsabilités. Il qualifie la situation que traverse les agents qu’il dirigeait « d’inhumaine ». Ces derniers comptabilisent, selon lui, « vingt-cinq (25) mois d’impaiement ».

« La réalité, c’est qu’on ne s’est pas entendu sur plusieurs choses, et eux pensent que je veux les révéler. Le motif vanté dans la pseudo-révocation, je l’assume, je ne peux pas accepter que l’on a refusé de payer les agents que je dirige, pendant 25 mois. C’est inhumain. Et cette réclamation de paiement est normale. Le motif d’avoir été porte-parole des agents qui ont revendiqué paiement des salaires 25 mois d’arriérés, n’est pas juridiquement valable parce que revendiquer les salaires est un acte citoyen garanti par la constitution. En plus, c’est une fierté pour moi d’être reproché de revendiquer les salaires de ses agents », conclu-t-il.

Dans un arrêté provincial datant du 04 octobre dernier, le Gouverneur intérimaire de la province de Lomami avait décidé de révoquer son directeur de cabinet. Édouard Mulumba Mudiandambu reproche à son ancien collaborateur des « faits d’incitation à la révolte » des agents du Gouvernorat de province.

Le 21 septembre dernier, les Ministres provinciaux, les conseillers du Gouverneur ainsi que tous les agents du gouvernorat de Lomami étaient en grève. ils réclamaient vingt-cinq (25) mois de prime locale et dix-huit (18) mois de rétrocessions.

Christian Ngeleka

Lire aussi

Les plus populaires