Goma : Un mouvement citoyen menace de descendre dans la rue si les députés nationaux votent pour la suppression du RAM

 

Le Mouvement citoyen Action pour l’excellence et le changement, AEC, menace de descendre dans la rue si les députés nationaux persistent et votent pour la suppression du registre des appareils mobiles, RAM.


Dans une déclaration rendue publique ce dimanche 10 octobre et dont une copie est parvenue au média non-aligné, ces activistes pro-démocratie révèlent que la question du RAM est devenue politique et politisée alors qu’en principe elle devrait faire l’objet « d’un débat scientifique » pour en comprendre la quintessence et réorienter les perspectives.

Pour cette structure, les élus doivent plutôt accompagner le registre d’Appareils Mobiles qui est un Registre central d’appareils mobiles établi en RDC et qui contient la base de données de tous les IMEI connectés aux réseaux d’un groupe d’opérateurs de téléphonie mobile ou de l’ensemble des opérateurs de téléphonie mobile et qui permet l’identification des appareils mobiles (appareils avec carte SIM) par leur numéro IMEI.


Action pour l’excellence et le changement estime qu’une mesure qui vise à lutter efficacement contre le vol et la contrefaçon des terminaux mobiles, à protéger la santé des usagers contre les effets toxiques des appareils non conformes aux normes locales et internationales (comme le taux élevé de plomb) et à accroître la sécurité et la qualité de service des réseaux mobiles en RD Congo,ne peut qu’être accompagnée par les élus du peuple car c’est cela l’attente de la population vis-à-vis d’eux.

Dans une approche politique, ce mouvement citoyen se dit inquiet de constater comment la question du RAM a pris une tournure politicienne contre le ministre des postes télécommunications et nouvelles technologies de l’information et de la communication, Augustin Kibassa Maliba qui « n’a d’ailleurs aucun pouvoir de supprimer le RAM car créé par Décret ». Il recommande aux députés nationaux de ne défendre que les intérêts de la population et non de servir leurs couleurs politiques.

David Lupemba

Lire aussi

Les plus populaires