Ituri/TRANSCOM : Anewa Ankwa juge « inacceptable » le déguerpissement de son service de certains axes routiers

Le chef de service de Transport et voies de Communication (TRANSCOM) en Ituri juge « inacceptable » le déguerpissement de son service sur différents tronçons routiers de l’Ituri.


Anewa Ankwa Baudouin a, dans une réaction le mardi 19 octobre 2021, indiqué avoir saisi le Gouverneur militaire de la province pour lui signifier les différents rôles que joue le TRANSCOM dans les différentes barrières. Il a parlé notamment du contrôle des véhicules sans plaque d’immatriculation, le contrôle de routine des différents documents que possèdent les engins roulants ainsi que d’autres exigences.

 » S’agissant de notre déguerpissement de nos agents sur les routes, je pense que cette décision n’a pas été juste. J’ai établi une énième note technique à l’autorité provinciale. Toutes les ordonnances-loi, arrêtés et autres à notre possession, précisent parmi nos attributions premières, le contrôle et l’application des normes du ministère par rapport à la gestion de transport et aussi le contrôle de routine. Et lorsque nous sommes là, ce n’est pas pour percevoir des taxes, mais au contraire de sensibiliser les contribuables de se procurer des imprimer des valeurs », a-t-il dit.


Par ailleurs, Anewa Ankwa Baudouin appelle tous les propriétaires des véhicules de Bunia de se préparer à payer la taxe de chargement et déchargement des véhicules. Selon l’arrêté, un véhicules à quatre (4) roues payera huit (8) dollars, de plus de six (6) roues quinze (15) dollars et de gros camions vingt-cinq (25) dollars par chargement ou déchargement.

Notons que l’auditeur supérieur militaire, le colonel magistrat Joseph Makelele avait procédé, le jeudi 14 octobre 2021, au scellage de portes de certains services étatiques « illégalement installés » dans trois (3) barrières à l’entrée nord et sud de la ville de Bunia. Parmi ces services, on retrouve notamment le TRANSCOM, DGDA (Direction Générale de Douane et Assise), FFN (Fonds Forestier National) et la Commission Nationale de Prévention Routière (CNPR).

Moïse Ulang’u

Lire aussi

Les plus populaires