Les agents et cadres du CIR confirment leur plainte contre Eugénie Salebongo, secrétaire générale au commerce extérieur au Parquet général de Kinshasa/Gombe

 

Les agents et cadres du programme Cadre Integré Renforcé (CIR), un programme de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) qui vient en appui aux pays les moins avancés (PMA), ont confirmé ce mercredi 17 novembre 2021, leur plainte déposée au Parquet général de Kinshasa/Gombe déposée il y a quelques semaines contre la secrétaire générale au commerce extérieur, Eugénie Salebongo Basoy.


Dans leur plainte, ils évoquent plusieurs griefs contre celle qui était leur point focal dans le cadre du programme CIR, notamment « le licenciement abusif et massif des agents et cadres du programme, le détournement de leurs arriérés de salaire qui s’élèvent à ce jour à plus de 30 mois… »

« Nous confirmons notre plainte contre M. Eugénie Salebongo Basoy pour des faits graves portant atteinte à nos droits. Nous allons exploiter toutes les pistes jusqu’à obtenir gain de cause. Nous avons été à l’inspection générale du travail et bientôt nous irons au tribunal du travail. En même temps, nous venons de confirmer notre plainte contre la secrétaire générale au commerce extérieur », ont-ils confié à ACTU7.CD.


Et d’ajouter, « nous avons saisi l’inspection générale des finances, les enquêtes vont bientôt commencer. Même l’IGF a retenu des indices de détournement de nos arriérés de salaire. L’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ) de Maître Georges Kapiamba, à travers ses services, s’est aussi saisi du dossier… », renseignent-ils.

« Victimes d’un traitement inhumain subi de la part leur responsable », ils réclament le paiement de leurs arriérés de salaire qui s’élèvent à ce jour à 33 mois, le décompte final pour la « réconduction tacite de des contrats étant donné que nous avons basculé dans le régime de contrat à durée indéterminée (CDI), puisqu’ayant déjà signé deux contrats de suite, des dommages et intérêts à titre des préjudices subis… ».

« Outre le détournement, Eugénie Salebongo a en violation des prescrits des articles 73 alinéa 2, 76 et 79 de la loi numéro 015/2022 du 16 octobre 2022 portant code du travail, refusé de notifier aux agents du programme CIR, la fin de leurs contrats de travail. Cependant, les agents dont les contrats de travail devraient se clôturer le 31 décembre 2020, ont continué les prestations sur ordre de la hiérarchie jusqu’au 31 août 2021, date où ils ont été informés d’une nouvelle mise en place au sein du ministère. Elle a profité de cette occasion pour remplacer les contractuels du programme par les personnes de son entourage au sein du ministère, sous prétexte que nous ne sommes pas mécanisés », déplorent-ils.

De son côté, Eugénie Salebongo Basoy avait affirmé que ces agents et cadres attendent le paiement de leurs salaires dont le document financier se trouve déjà au ministere de budget.

Pendant ce temps, ceux qui se considèrent comme victimes des actes posés par Eugénie Salebongo Basoy attestent au média en ligne non aligné détenir toutes les preuves que les fonds ont été décaissés, « avant d’être détournés ».

Josué Mfutila

Lire aussi

Les plus populaires