Ass. Nat. : Le Directeur Général de la Regideso incapable de convaincre les élus sur la pénurie chronique d’eau potable, les députés menacent de diligenter des enquêtes sur sa gestion

 

Afin de répondre aux multiples préoccupations de leurs électeurs se trouvant dans les 145 territoires, tous confrontés à la pénurie chronique d’eau potable, la commission parlementaire ATI/PT-NTIC (Aménagement du territoire, Infrastructures, Postes, Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) a auditionné Clément Mubiayi N’kashama, Directeur Général de la Regideso, qui a le monopole de la desserte en eau dans l’ensemble du territoire national.


Au nombre de ces questions figurent notamment la faible couverture de la desserte en eau potable (30% contre une moyenne africaine de 50%), carence chronique du précieux liquide au robinet, la situation financière et sociale de l’entreprise, l’état des investissements en cours à Kinshasa et les autres grandes villes pour améliorer la desserte en eau potable, la surfacturation des abonnés, la qualité moyenne de l’eau proposée aux abonnés, l’état d’exécution des budgets 2020 et 2021 l’insumontable paradoxe du château d’eau africain que représente ce pays contre la faible desserte du pays, la prolifération des forages à la qualité d’eau douteuse et les craintes de prolifération des maladies hydriques.

Pour le président de la commission, José Egbanda Mananga, cette audition est d’autant importante que les électeurs de tout bord s’apprêtent à interpeler les députés qui seront bientôt en vacances dans leurs circonscriptions à partir du 15 décembre.


« Il était temps d’inviter le DG de la Regideso pour expliquer la situation. Parce que les mêmes questions se posent sans aucune évolution depuis le début de la législature. Un délai de 48 heures lui a été accordé pour rencontrer les préoccupations des députés membres de notre commission. À défaut de satisfaction, la commission se réserve le droit de passer à l’étape des enquêtes », a t-il dit.

L’approvisionnement en eau potable, notamment à Kinshasa est un véritable calvaire. Des habitants font des trajets, parfois sans trouver cette ressource très rare en pleine capitale. L’installation des forages s’est présentée comme une alternative au problème d’eau dans plusieurs coins de la ville.

Josué Mfutila

Lire aussi

Les plus populaires