RDC : « Il n’y a pas de problème entre l’État et l’Eglise, tout a été clarifié » (Mboso)

Les caciques du pouvoir et du régime Tshisekedi dont François Beya conseiller du Chef de l’État en matière de sécurité, Mboso N’kodia président de l’Assemblée Nationale, Bahati Lukwebo, président du sénat et Jean-Michel Sama Lukonde, chef du gouvernement ont échangé mardi 23 novembre avec le Cardinal Fridolin Ambongo sur différents points qui choquent les relations entre les deux parties.


Devant la presse, le président de l’Assemblée Nationale Christophe Mboso a laissé entendre que tout a été mis au clair. Il n’existe plus de problème entre l’État et l’Église catholique.

« Aujourd’hui, nous sommes venus par rapport aux rumeurs qui circulent sur les réseaux sociaux, c’est pourquoi nous sommes venus échanger avec son Éminence, tout a été clarifié, il y a des gens qui veulent profiter du nom de l’église pour faire du n’importe quoi, le Cardinal est là, il n’y a pas de problème entre l’État et l’Eglise catholique. Nous étions venus clarifier les choses sur différents points, nous allons continuer à collaborer avec l’Église pour le bien-être de notre population et pour le progrès de l’église catholique au Congo », a dit Christophe Mboso à l’issue de cette rencontre avec l’archevêque métropolitain de Kinshasa.


De son côté Fridolin Ambongo a affirmé que maintenant l’Église et l’État sont prêts à répartir sur les bonnes bases pour l’intérêt du peuple congolais.

Depuis un temps, des attaques entre l’Eglise catholique et l’État congolais se sont intensifiées. Quelques points ont fait à ce que ces deux parties vivent à couteau tiré, entre autres la désignation de Denis Kadima comme président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), la question sur gratuité de l’enseignement primaire, l’attaque contre la résidence du Cardinal et des attaques contre les paroisses catholiques à travers le pays…

Hervé Landry Ngoyi

Lire aussi

Les plus populaires