Ituri : Deux sujets chinois tués et 8 autres kidnappés par des présumés CODECO dans une carrière minière près de Mongwalu

Deux (2) expatriés chinois et un élément des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont été tués dans une attaque survenue dans la carrière minière de Longindo, à près de 8 kilomètres à l’Est de la commune rurale de Mongwalu, cité minière située à plus de 80 kilomètres au nord de Bunia, chef-lieu de la province de l’Ituri.

D’après la société civile de Mongwalu qui s’est confiée à ACTU7.CD, l’événement a eu lieu dans la nuit du mardi 23 au mercredi 24 novembre 2021.

Un acteur de cette structure citoyenne a indiqué au média non-aligné qu’une femme congolaise et 8 expatriés chinois ont été pris en otage par des présumés miliciens de la Coopérative pour le Développement au Congo (CODECO).


« (…) Oui, il y a deux sujets chinois et un élément FARDC qui ont été abattus (…) 8 autres et une femme congolaise ont été pris en otage par (…) des présumés CODECO d’autant plus que le site minier attaqué n’est pas assez trop loin du bastion de cette milice situé à Besse (…) », déclare à ACTU7.CD, Chérubin Nkuku Ndilawa, coordonnateur adjoint de la société civile de Mongwalu.

Lire aussi  Butembo : l'armée annonce l'arrestation de 115 évadés de la prison de Kakwangura sur les 800

Pour sa part, le bourgoumestre de la commune rurale de Mongwalu a indiqué à ACTU7.CD avoir appris cette nouvelle comme tout le monde. Bruno Bikilisende affirme ne pas détenir assez d’informations des sources sécuritaires qui confirment cette nouvelle.

L’autorité communale appelle ses administrés à continuer à faire confiance aux services de sécurité et de défense afin de venir à bout l’insécurité qui gangrène le territoire de Djugu.

Depuis près de deux (2) mois, la situation sécuritaire dans le territoire de Djugu se dégrade davantage. Des miliciens CODECO qui subissent la réplique de l’armée congolaise, engagée dans des opérations militaires contre plusieurs bastions de cette milice, ont changé de stratégie et s’attaquent désormais à des agglomérations où les effectifs de l’armée sont minimes.

Andy Kambale Matuku

Lire aussi

Les plus populaires