EPST/Sud-Kivu : « Insatisfaits » de l’accord Gouvernement-Banc syndical, les enseignants du primaire décident de durcir leur mouvement de grève

Les enseignants du primaire des écoles conventionnées catholiques et protestantes réunis au sein du Syndicat National des Enseignants Catholiques (SYNECATH) et syndicat national des enseignants protestants (SYNEP) dans la province du Sud-Kivu, décident de durcir une fois de plus leur mouvement de grève.

Ces professionnels de la craie l’ont exprimé lors d’une assemblée générale de restitution des accords signés dans les récentes assises dites de Mbwela Lodge au Kongo Central, entre Banc syndical et le Gouvernement congolais. Cette Assemblée générale extraordinaire s’était soldée à queue de poisson samedi 27 novembre 2021.

Le Secrétaire provincial du SYNECATH, Jacques Cirimwami, qui a pris part aux assises de Mbwela, a suggéré à ses collègues de reprendre la craie dès ce lundi aux regards de certains acquis des négociations entre le banc Syndical et le Gouvernement.


Il indique que le protocole d’accord signé avec le Gouvernement, prévoit le paiement, par l’Etat congolais, de la prime dite de « Gratuité » évaluée à 30.000 FC à tous les enseignants du primaire, ainsi que le paiement des enseignants Nouvelle Unités (NU) de l’école primaire en remplacement des inspecteurs. À cela s’ajoute le paiement de la mutuelle de santé à chaque enseignants et trois (3) de ses enfants.

Lire aussi  EPST : Le SYECO déclare une “rentrée scolaire sans enseignant” à Rutshuru

« Il y a quelques éléments que nous avions arrachés. Nous avions dit avec ça, on peut faire quand-même une trêve, en attendant des solutions à d’autres revendications, notamment au niveau du Gouvernement provincial et les innovations du budget 2022 au niveau du Gouvernement central, faute de quoi nous reprendrons des actions », a dit Jacques Cirimwami.

Malgré l’insistance de Jacques Cirimwami, qui tentait à tout prix de convaincre les enseignants de reprendre le chemin de l’école le lundi, la plus grande majorité d’eux ont simplement refoulé cette idée.

La majorité des enseignants présents ont décidé de boycotter la reprise des cours annoncé pour ce lundi 29 novembre, jugeant « insignifiante » la prime de trente mille francs (30.000) d’ajout promis aux enseignants aux termes de ces assis. Ainsi, ils ont décidé de maintenir la grève jusqu’à ce que toutes leurs revendications trouvent une solution durable. La même décisions a été prise par les enseignants des écoles primaires protestantes qui étaient également en assemblée générale extraordinaire à l’Institut Tumaini.

Lire aussi  Beni: La COCEB appelle les élèves à reprendre le chemin de l'école

Les enseignants du secondaire ont effectivement repris la craie il y a une semaine, après que le Gouverneur ait rendu public l’arrêt fixant les frais scolaires d’appui au fonctionnement des écoles et aux enseignants entre trois (3) et quatre-vingt-dix (90) dollars par trimestre.

Ngaboyeka Pascal à Bukavu

Lire aussi

Les plus populaires